Familie mit Kleinkind und Baby liegen gemeinsam auf dem Boden

Césarienne un jour, césarienne toujours?

Même si vous avez déjà subi une césarienne, ça n’exclut aucunement d’accoucher par voie basse plus tard. Une nouvelle césarienne n'est inévitable que si la raison de la dernière est à nouveau ou encore là lors de la prochaine grossesse: par exemple si votre bassin est trop étroit ou si l’enfant se présente à nouveau dans une mauvaise position. Pour un accouchement vaginal après une césarienne, le bébé doit peser moins de 4000 g et se présenter par la tête. Vous trouverez d’autres critères ci-dessous.

La plupart des femmes ont très peur que la cicatrice sur leur utérus ne résiste pas à la pression du travail (rupture utérine). Mais ce cas est très rare, cela n’arrive qu'environ une fois sur 200 et surtout quand les contractions sont trop faibles et sont stimulées artificiellement. En général, un examen attentif permet de déterminer rapidement si la cicatrice est assez résistante et, si cela ne semble pas être le cas, on ne prendra même pas le risque. L'utilisation d'une APD est aussi possible sans aucun problème en cas d’accouchement par voie basse après une césarienne.

La probabilité qu’une femme qui a accouché de son dernier enfant par césarienne doive subir à son prochain accouchement une césarienne «d’urgence» non planifiée est d’environ un sur trois. En termes optimistes: dans deux cas sur trois, les femmes accouchent tout à fait normalement par voie basse après une césarienne. Si vous avez déjà subi une césarienne et que le travail commence spontanément cette fois, la probabilité d’un accouchement est environ de 80%; si le travail a été induit artificiellement, elle baisse par contre à environ 50%. En outre, le risque de rupture utérine est plus élevé pour le travail induit artificiellement par rapport au travail naturel. Comme il est impossible de le savoir à l'avance, vous devrez discuter avec votre obstétricien pour savoir si une césarienne planifiée est la meilleure solution pour vous ou si vous voulez d’abord essayer de mettre au monde votre enfant par voie basse.

Les avantages de l’accouchement vaginal sont flagrants: vous vous rétablirez plus vite, la relation mère-enfant est établie plus tôt et vous pourrez plus rapidement vous occuper de votre enfant. Un nouvel accouchement normal plus tard devrait alors être possible sans problèmes. C’est un aspect important, car sinon, le risque très faible d'une déchirure de la cicatrice et d’un saignement du placenta augmente un peu à chaque nouvelle césarienne.

D’autre part, grâce aux mesures de sécurité médicale modernes, une césarienne planifiée est aujourd’hui une intervention relativement sûre chez les femmes en bonne santé, même accompagnée de certains avantages, que certaines femmes enceintes demandent même volontairement (césarienne élective). Par contre, le risque d’avoir des complications après une césarienne d'urgence est nettement plus élevé. Pour cette raison, certains spécialistes sont d’avis que la probabilité de complications est à peu près égale pour une tentative d'accouchement vaginal et pour une césarienne planifiée.

La plupart des médecins déconseillent l’accouchement par voie basse dans les conditions suivantes:

  • si la césarienne remonte à moins de 18 mois
  • si vous avez déjà subi deux césariennes
  • si (très rare) l’utérus a été ouvert verticalement par ex. pour un prématuré très petit
  • si vous avez déjà eu une rupture de l’utérus (cf. ci-dessus)
  • si le placenta est trop bas (placenta praevia)
  • si la mère est obèse (IMC >30)
  • si le bébé ne se présente pas par la tête
  • si le bébé est manifestement trop petit ou trop gros.

Si vous voulez avoir une grande famille, n’avez pas eu plus d’une césarienne ou n'avez pas encore 30 ans, vous devriez en tous les cas envisager l’accouchement vaginal. Mais bien entendu, il faudra qu’il soit surveillé au mieux. Un hôpital est mieux équipé pour parer rapidement aux situations d'urgence qu’une maison de naissance.

Newsticker

Accoucher naturellement après une césarienne? Les femmes qui ont accouché d’un enfant par césarienne ont souvent peur de ne plus pouvoir accoucher naturellement. Une grande étude britannique menée auprès plus de 140’000 femmes démontre le contraire: deux femmes sur trois peuvent mettre au monde leur prochain enfant de la manière naturelle. Les chances étaient particulièrement bonnes chez les femmes jeunes et après une césarienne sans complications. De nos jours, on ouvre généralement l’utérus avec une incision horizontale, qui entraîne moins de risque de rupture de l’utérus que l’incision verticale. (swissmom Newsletter, 30.11.13)

Last update : 29-04-16, BH

loading