Je suis rhésus négatif et enceinte. Mon gynécologue dit que ce n'est plus un problème aujourd'hui.

En fait, l'intolérance au rhésus est devenue une complication extrêmement rare depuis l'introduction de la prophylaxie anti-D (seringue rhésus) et l'amélioration des examens préventifs. Une femme rhésus-négative n'a guère besoin de s'inquiéter davantage de la santé de son enfant à naître que toute autre femme enceinte.

Si une femme rhésus-négative a un enfant avec un partenaire rhésus- positif, elle peut former des anticorps contre son sang rhésus-positif "étranger". Cette intolérance au rhésus ne se produit toutefois que lorsqu'il y a déjà eu un contact sanguin entre la mère et l'enfant. C'est généralement le cas à la naissance du premier enfant, mais c'est rarement le cas des fausses couches, des avortements ou des interventions comme l'amniocentèse. Si un tel contact a pu avoir lieu, la femme reçoit une seringue contenant des anticorps "anti-D" dans les 72 heures, à titre de précaution, afin d'éviter une sensibilisation du système immunitaire maternel. Ainsi, l'état de neutralité avant la première grossesse est chaque fois rétabli et une intolérance rhésus sévère est évitée chez l'enfant suivant avec destruction de ses globules rouges et l'anémie qui en résulte.

Last update : 15-08-16, BH