Vegane Milch aus Mandeln

Intolérance au lactose

Une des intolérances alimentaires les plus répandues est celle au lactose (sucre de lait). L’intolérance au lactose, contrairement par exemple à l’allergie aux protéines du lait, n’est pas une véritable allergie, car le système immunitaire n’est pas impliqué (pas de formation d’anticorps).

Au moins un Suisse sur dix souffre d’intolérance au lactose, souvent sans s’en rendre vraiment compte. Les problèmes ne commencent pas forcément dès l'enfance. Il n’est pas rare que l'intolérance apparaisse seulement à l’âge adulte, pour des raisons inconnues, car la lactase devient de moins en moins active au fil du temps.

Les personnes intolérantes au lactose ont trop peu ou pas du tout de lactase, une enzyme impliquée dans la digestion du lactose dans l'intestin grêle. Dans ce cas, le lactose, un sucre complexe, n’est pas suffisamment digéré dans l’intestin grêle et n'est pas séparé en galactose et en glucose (des sucres simples). Au lieu de passer dans le sang à travers les parois des intestins, de grandes quantités arrivent dans la partie basse des intestins, le gros intestin, peuplé de bactéries. Celles-ci dégradent le lactose, mais produisent beaucoup de gaz et d’acides organiques (acide lactique, acide acétique) qui favorisent l’arrivée d’eau dans l'intestin. Quand ces personnes absorbent des aliments à lactose (cf. ci-dessous), l’organisme réagit par une augmentation des mouvements intestinaux et des problèmes digestifs: diarrhée, nausée, maux de ventre, rots, lourdeurs d'estomac, coliques, crampes et ballonnements.

Lien recommandé

www.aha.ch


Le lactose fait partie du lait de presque tous les mammifères, pas seulement le lait de vache, mais aussi ceux de brebis et de chèvre. Ça ne sert donc à rien de remplacer le lait de vache par du lait de brebis. Bien entendu, le lactose existe aussi dans le lait maternel et, pendant les premiers mois, il apporte aux bébés des nutriments importants pour leur satiété et leur croissance, tout en favorisant la constitution de la flore intestinale.

Vu que le lactose ne fait pas partie des nutriments essentiels plus tard dans la vie, on pourrait simplement s’en passer. Mais c'est problématique pour une autre raison: les produits laitiers sont nos principales sources de calcium et de vitamine B2 et il peut donc y avoir des phénomènes de manque. Le calcium est important, surtout chez les enfants, pour la croissance des os, la santé des dents, l’activité musculaire, les nerfs et les hormones.

En général, l’intolérance au lactose n’est pas assez grave pour qu’on doive renoncer entièrement aux produits laitiers. Individuellement, il existe certainement un seul au-dessous duquel il n’y a pas de symptômes. En conséquence, les intolérants au lactose n’auront qu’à réduire les aliments contenant du lactose ou passer à des aliments qui n’en contiennent pas beaucoup et sont généralement bien tolérés, comme le beurre et le fromage dur. Bien que le yogourt et les produits de lait caillé soient relativement riches en lactose, ils sont plus digestes grâce aux lactobacilles qu’ils contiennent. Les produits laitiers probiotiques se digèrent particulièrement bien. Les fromages mi-durs et mous aussi se supportent généralement bien. C'est surtout le fromage frais (séré, blanc battu, cottage cheese), le lait, le babeurre et le petit-lait qui posent problème. Mais à petites doses (un verre), même le lait se tolère bien, si vous le buvez lentement et à petites gorgées.

Quand on diagnostique une intolérance au lactose grave chez un enfant ou un adulte, de petites traces du sucre suffisent à déclencher des problèmes et il faut lire attentivement la liste d’ingrédients avant d’acheter un aliment: outre le lait et les produits laitiers, il y a du lactose caché dans beaucoup d’aliments transformés, notamment en tant qu’arôme ou stabilisateur, par ex. dans la nourriture toute prête pour bébé, les pâtisseries, les bonbons, le pain et les petits pains, les pâtes à tartiner, les crèmes, les produits diététiques, les plats précuisinés, les conserves de poisson, les yogourts aux fruits, les corn flakes, les biscuits, les conserves de légumes, les mélanges d’épices, les gnocchi, les gâteaux, les petits salés, les tartes, la bière de malt, la margarine, la mayonnaise, les produits laitiers, les mueslis, les pâtes, le pesto, la pizza, les puddings, les pralinés, les sauces à salade, les plats sucrés, les sucreries, le chocolat, les soupes lyophilisées, la charcuterie (par ex. jambon cuit) et les épaississants. Bien plus répandu qu’on ne le croirait!

Pour que le corps reçoive quand même suffisamment des vitamines et minéraux des produits laitiers, surtout le calcium, on peut recourir aux produits sans lactose, par exemple le lait sans lactose, disponibles partout dans le commerce. Dans ce lait, le lactose est déjà séparé dans ses deux composants, le glucose et le galactose. La lactase n'est donc plus nécessaire pour le digérer. Ce lait est beaucoup plus sucré, mais à part ça il est tout aussi nutritif que le lait normal. Votre médecin pourra éventuellement aussi vous prescrire en outre une préparation de calcium (généralement en comprimé effervescent ou à sucer). Une autre option est de prendre avant les repas un comprimé de lactase qui se chargera de dégrader le lactose dans le corps. Ces comprimés sont disponibles en pharmacie sans ordonnance, mais l’assurance maladie ne les rembourse pas sans prescription médicale. En somme, de nos jours, les femmes enceintes et allaitantes n'ont plus besoin de renoncer aux précieux produits laitiers.

Nous recommandons aussi chaleureusement les aliments riches en calcium sans lactose, tels que certains légumes (brocoli, épinards, chou frisé...) ou les amandes, les figues et les bananes.

Les protéines du lait peuvent provoquer des allergies. Celles-ci touchent avant tout les nourrissons et les enfants en bas âge; à l’âge adulte, l’allergie aux protéines du lait est très rare.

L'intolérance au lactose est souvent associée à une intolérance à la protéine collante présente dans diverses céréales (maladie cœliaque) ainsi que diverses maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (par ex. la maladie de Crohn).

Last update : 05-08-16, BH