Harte Drogen auf dunklem Tisch

Les drogues en détail

Cannabis (marijuana): consommer du cannabis pendant la grossesse pose le risque que le bébé vienne au monde trop tôt ou trop petit et qu’il ait une tête sous-dimensionnée. L’effet d’un seul joint correspond à celui d'environ 15 cigarettes normales. Les bébés de femmes ayant consommé du cannabis ont en outre tendance à être particulièrement peureux. C'est du moins ce que suggèrent certaines études. D'autres études n’ont pas pu confirmer ces résultats. Un rapport clair avec des malformations de l’enfant n’a pas non plus été démontré à ce jour. Cependant, aux débuts de la grossesse, le cannabis semble gêner le transport et la nidation de l’embryon et causer ainsi des fausses couches et des grossesses ectopiques (par ex. dans les trompes de Fallope). Le hashish est une forme concentrée de marijuana.

Cocaïne: le crack et la cocaïne augmentent la sécrétion d’adrénaline et de noradrénaline dans le corps. Les vaisseaux sanguins se rétrécissent, la tension augmente et le cœur bat plus vite. Le rétrécissement extrême des vaisseaux explique pourquoi l’abus de cocaïne est souvent lié à des fausses couches, un décollement prématuré du placenta et un faible poids à la naissance. Une augmentation du taux de malformations (cerveau, cœur, reins) semble très probable, même s’il est très difficile de réaliser des études fiables à ce sujet, car les femmes enceintes ne se contentent souvent pas d’une seule drogue mais consomment aussi des médicaments, de l’alcool et des cigarettes. On ne peut donc pas savoir en détail quel problème du bébé est dû à quelle drogue.

Ecstasy: les femmes enceintes qui prennent de l’ecstasy risquent de mettre au monde un bébé atteints de malformations congénitales. Les malformations du système cardiovasculaire, du squelette et de la musculature sont particulièrement fréquentes, comme l’a démontré une étude britannique au long cours.

Héroïne: L’héroïne est très dangereuse pour la mère et l’enfant. Encore dans l’utérus, l’enfant n'arrive pas à grandir correctement. Le danger que le bébé vienne au monde trop tôt ou qu’il meure après la naissance est nettement plus élevé que chez les femmes enceintes qui ne consomment pas d’héroïne. Les bébés de mères dépendantes à l’héroïne ont des symptômes de manque particulièrement graves après leur venue au monde. Comme pour la cocaïne, il est très probable que la consommation d’héroïne nuise gravement à l'enfant. Mais c'est difficile à prouver par des études car les mères héroïnomanes consomment souvent aussi d'autres drogues.

Méthadone: les femmes héroïnomanes qui participent à un programme de méthadone augmentent les chances de leur enfant de venir au monde en bonne santé. Par contre, les symptômes de sevrage du nouveau-né sont au moins aussi forts que sous héroïne. L’allaitement est permis si la mère ne prend pas plus de 20 mg de méthadone par jour.

Version: 12/12, BH

Last update : 03-08-18,