Schwangere bekommt eine Injektion von ihrer Ärztin

Stimuler la maturation des poumons dans l'utérus

Après la venue au monde, les alvéoles des poumons du nouveau-né sont normalement maintenues sous tension par le surfactant pulmonaire, pour que les poumons aient assez d’air et que les alvéoles ne s’écrasent pas lors de l’expiration. Les prématurés trop légers, dont les poumons ne sont pas entièrement développés, et les enfants de diabétiques dont la glycémie n’était pas contrôlée correctement n’ont pas assez de ce surfactant pulmonaire. Après l'accouchement, ils ont un syndrome de détresse respiratoire. Ces nouveau-nés ont besoin de soins intensifs avec une assistance respiratoire plus ou moins intensive et une administration de surfactant.

Grâce à un meilleur suivi avant la naissance et des méthodes de traitement plus efficaces après l'accouchement, les bébés souffrant du syndrome de détresse respiratoire ont aujourd’hui d'excellentes chances de survie. Il est important de stimuler la maturation des poumons du fœtus pendant qu’il est encore dans l’utérus, entre la 24e et la 34e SG, en administrant à la femme enceinte des injections intramusculaires d’hormone surrénalienne (par ex. le Celestan, contenant de la bétaméthasone, deux injections à intervalles de 24 heures). Chez les femmes enceintes atteintes d’un diabète sucré, il faut surveiller de près la glycémie après l'administration de corticoïdes et le réduire par de l’insuline au besoin, car ces substances augmentent la glycémie.

L'hormone corticostéroïde réduit de moitié le risque d’un dangereux syndrome de détresse respiratoire et d'hémorragies cérébrales chez le bébé, mais doit être administrée au moins 24 heures et au maximum 7 jours avant l’accouchement pour déployer tout son effet. Pour cette raison, il faut bien choisir le moment pour commencer la maturation des poumons et une stimulation «préventive» des poumons, sans risque d'accouchement prématuré (par ex. multiples) n’est pas indiquée.

La stimulation de la maturation pulmonaire aux corticoïdes est indiquée en cas de

Si on arrive à relaxer l'utérus et à inhiber le travail prématuré, l’administration de corticoïdes sera répétée au bout de 8-10 jours environ. Cependant, un effet positif de plusieurs administrations de cortisone n'a été prouvé que chez des patientes avant la 28e SG.

Un traitement par stéroïdes pour aider les poumons à mûrir est réputé relativement peu dangereux, pour l'enfant comme pour vous, puisqu’il s'agit d'une hormone qui se trouve naturellement dans le corps.


Question fréquent à ce sujet

A partir de quand ne doit-on plus rien entreprendre contre le travail prématuré?


Newsticker

Une seule dose de cortisone suffit: L'administration prénatale de corticoïdes (bétaméthasone ou dexaméthasone) peut stimuler le développement des poumons du fœtus, prévenir un syndrome de détresse respiratoire et ainsi améliorer les chances de survie d’un prématuré. Idéalement, le traitement et la naissance devraient être séparés d’au moins 48 heures. Malheureusement, c'est difficile de prédire exactement la date de l’accouchement et, souvent, le médicament est administré une nouvelle fois pour être sûr. Toutefois, dans une étude auprès de 1858 femmes enceintes, cela n’a eu aucun avantage. Si ça n’a pas fait de mal aux enfants, ça ne leur a pas non plus été utile, comme l’a révélé un examen de suivi à l’âge de 5 ans. (swissmom-Newsticker, 22/10/2013)

Le poumon fœtal a besoin de vitamine A: la vitamine A liposoluble joue un rôle important aussi dans l’alimentation de la future mère. Elle favorise la vision avec peu de lumière, protège la peau et régule la croissance des os. La vitamine A se trouve dans les aliments d’origine animale (foie), ainsi que dans certaines plantes (carottes) à l’état de précurseurs (caroténoïdes). Une carence peut endommager le poumon du bébé, comme l’ont démontré des chercheurs suite à des essais sur des souris. Ceci serait dû à une croissance excessive des muscles lisses dans les ramifications des voies respiratoires. Le métabolisme complexe de la vitamine A peut être perturbé par des influences extérieures, par ex. la fumée et l’alcool. (swissmom Newsticker, 17/03/2014)

Last update : 22-07-19,

loading