Hochschwangere Frau hat Schmerzen und hält sich den Bauch

Que faire contre le travail prématuré?

La question de savoir s’il faut traiter les contractions prématurées et comment dépend surtout de la semaine de grossesse à laquelle vous êtes.

Si vous avez passé la 34e semaine de grossesse, la meilleure solution peut déjà être de laisser le travail prématuré suivre son cours. Pour la plupart des unités de néonatalité, un prématuré venu au monde entre la 34e et la 37e semaine n’est plus un cas spécialement difficile. Mais tous les hôpitaux ne disposent pas d'un équipement approprié pour soigner au mieux un prématuré; vous devrez peut-être changer d’établissement, idéalement avant le début de l'accouchement, car l'utérus est la meilleure couveuse mobile. En cas de perte des eaux, il peut aussi être indiqué de ne pas bloquer le travail, à cause du risque d’infection du liquide amniotique. Si ça arrivait, il faudrait de toute façon provoquer immédiatement l’accouchement, tout en administrant des antibiotiques.

Mais si les contractions commencent avant la 34e semaine de grossesse, on vous donnera probablement d’abord un médicament qui les bloque temporairement (un tocolytique). Ce médicament peut être administré pendant une courte période, idéalement pas plus de 48 heures, en injection ou par perfusion.

Les préparations les plus utilisées pour inhiber le travail sont actuellement les bêta-2-mimétiques (agonistes des récepteurs bêta-2) comme le Partusisten (fénotérol) et le Gynipral (hexoprénaline), ainsi que l’antagoniste calcique Adalat (nifédipine) et l'inhibiteur de synthèse de la prostaglandine Indocid (indométacine). Ces substances ont pour effet de relaxer les muscles de l’utérus. Certains de ces médicaments ont des effets secondaires violents comme l'hypertension, la tachycardie, les palpitations etc., y compris chez l'enfant, des bouffées de chaleur et des nausées. Il faudra éventuellement passer à une préparation moins agressive. En outre, après une tocolyse (inhibition des contractions), les nouveau-nés ont plus fréquemment une hypoglycémie et des hémorragies cérébrales. L’administration d’indométacine peut provoquer une fermeture prématurée du canal artériel dans le cœur du fœtus. C'est pourquoi on utilise de plus en plus souvent le Tractocile (atosiban), un inhibiteur de l’ocytocine qui apaise de manière très ciblée les muscles de l’utérus et ne provoque presque pas d’effets secondaires.

La tocolyse ne permet en général pas de retarder l'accouchement pendant très longtemps, mais, ce qui est très important, elle permet de gagner du temps au cas où vous avez besoin d’aller dans un autre hôpital équipé d’une unité spéciale pour les prématurés (centre périnatal). Quelques jours de plus sont souvent nécessaires afin que les injections de corticoïdes pour aider les poumons du petit à arriver à maturité puissent faire effet. Ces hormones surrénaliennes (aussi appelées corticostéroïdes) réduisent de moitié le risque d’un dangereux syndrome de détresse respiratoire chez le bébé, mais elles doivent être administrées 24 à 28 heures avant l'accouchement pour pouvoir déployer leur effet. Si on arrive à relaxer l'utérus et à inhiber le travail prématuré, l’administration de corticoïdes sera répétée à intervalles d’environ une semaine. Un traitement par corticoïdes pour aider les poumons à mûrir est réputé relativement peu dangereux, pour l'enfant comme pour vous.

Outre ces mesures médicamenteuses, vous devez vous ménager physiquement; les femmes enceintes qui travaillent reçoivent une incapacité de travail. Celles qui ont des enfants et du ménage à faire peuvent demander une aide au ménage à leur assurance maladie. Ici, vous trouverez en ligne une aide au ménage près de chez vous. Dans beaucoup de cas, rester au calme au lit, des mesures de détente comme des massages ou un calmant léger (par ex. valériane, houblon, fleurs de lavande), prendre du magnésium et une bonne hydratation (par ex. une infusion de mélisse), au pire par une perfusion, peuvent déjà suffire à inhiber les contractions! Mais ça ne veut pas dire que vous ne pouvez pas bouger du lit (repos strict).

Si toutes les tentatives de traitement échouent ou ont trop d’effets secondaires, et si votre sage-femme ou votre obstétricien sont opposés à l’inhibition du travail, on laissera la nature suivre son cours. Vu que les accouchements prématurés ont un risque un peu plus élevé de sous-oxygénation, quand le travail commence avant la 37e semaine de grossesse, on surveille normalement constamment la fréquence cardiaque de l'enfant ou on utilise un cardiotocographe (CTG) et, en cas de danger pour l'enfant, on l’accouche par césarienne.

Häufige Frage zum Thema

La plupart des obstétriciens pensent: si votre grossesse a dépassé la 34ième semaine et que votre bébé s'est développé normalement, vous pouvez laisser les contractions suivre leur cours. Toutefois, la maternité doit être préparée à l'accouchement d'un prématuré et équipée spécialement pour ses...

vollständige Antwort lesen

Last update : 17-11-18, BH

loading