Trauriges Paar tröstet sich

Mortinaissance

La mortinaissance (accouchement d’un mort-né) consiste en l’expulsion d’un fœtus mort qui fait 500 g ou plus ou qui a au moins 22 semaines d’âge gestationnel. Selon l'article 9 de l’Ordonnance sur l’état civil, un mort-né doit être annoncé et inscrit au registre des naissances.

Malheureusement la cause exacte du décès reste inconnue chez plus de 30% des mort-nés. Dans les autres, cas, une mortinaissance peut être due à des troubles de la croissance du fœtus, des complications du placenta, une prééclampsie, un diabète sucré non traité, des cas graves d’incompatibilité rhésus, des infections, des saignements pendant les phases tardives de la grossesse et un dépassement de terme non contrôlé. C'est une des raisons pourquoi les obstétriciens recommandent le déclenchement artificiel de l'accouchement en cas de complications après la 38ième semaine de grossesse.

Heureusement, le nombre de mortinaissances diminue dans les pays occidentaux, se situant actuellement à moins de 1%. Les mort-nés sont plus fréquents dans les groupes sociaux défavorisés, chez les femmes relativement âgées et celles qui n’ont pas été prises en charge correctement pendant leur grossesse.

Une mortinaissance est souvent précédée d’une diminution des mouvements de l’enfant pendant les jours ou la semaine qui précède le décès du fœtus dans l’utérus. Il arrive aussi souvent que la mère ne sente plus l'enfant bouger, mais que des tests à l’hôpital révèlent qu’il bouge quand même. Dans certains cas, on constate alors que le bébé ne va plus tellement bien. Seul un accouchement aussi rapide que possible permet de sauver la vie de ces petits. Restez très attentive aux mouvements de votre enfant et informez immédiatement votre gynécologue ou sage-femme si vous ne sentez rien pendant 6 à 8 heures.

Même si le travail commence normalement spontanément quelques jours après le décès de l’enfant, la plupart des femmes préfèrent déclencher artificiellement l’accouchement. On évite généralement les césariennes, pour que la mère n’ait pas à subir une opération inutile. Après, vous pouvez bénéficier d'un suivi médical et psychologique. Bien sûr, les médecins feront tout leur possible pour découvrir pourquoi l’enfant est mort.

On parle parfois de «bébés anges». À l’origine, cela désignait des nouveau-nés faisant moins de 500 g et mourant avant, pendant ou après l'accouchement. De nos jours, les parents concernés utilisent le terme aussi si l’enfant faisait plus de 500 g, mais aussi pour les fausses couches. Cela exprime l'intensité du lien avec leur enfant, qui entraîne un deuil d’autant plus intense.


Les parents qui ont perdu leur enfant à cause d’une fausse couche, d’une mortinatalité, d’un accouchement prématuré ou par d'autres causes après sa venue au monde peuvent trouver de l’aide sur www.deuilperinatal.ch et à l’AGAPA Suisse romande ou info@remove-this.agapa-suisseromande.ch.


Last update : 17-11-18, BH