Vorbereitungen im Labor

Le spermogramme

Une analyse du sperme (spermogramme) donne des renseignements sur la faculté de procréation de l’homme, plus particulièrement sur la qualité du sperme masculin. Si l’on veut rechercher les causes de stérilité, une étude du sperme sera incontournable.

Le sperme doit être transmis après une période d’abstinence de 3 jours minimum et de 7 jours maximum, durant lesquels aucune relation sexuelle ne doit avoir lieu, environ dans l’heure suivant son obtention par masturbation. En règle générale, une pièce calme est mise à disposition (éjacularium), équipée de magazines appropriés et /ou de vidéos. La partenaire peut aider au recueil du sperme. Il est important lors du recueil de n’utiliser aucun lubrifiant, parce que la mobilité des spermatozoïdes en serait réduite. Mis à part la masturbation, il existe aussi la possibilité de recueil du sperme à l’aide d’un préservatif lors de la relation sexuelle. Pour cela, il faudra utiliser un préservatif spécial, stérilisé et ne contenant aucun lubrifiant.

Si le temps d’attente entre le recueil du sperme et l’analyse est trop longue, la mobilité des spermatozoïdes en sera affectée. C’est la raison pour laquelle le recueil est effectué directement au cabinet ou à l’hôpital. Au pire, l’éjaculat peut être transporté, après avoir été recueilli au domicile, aussi vite que possible dans une éprouvette de laboratoire, stérilisée et sans germes. Il est important aussi que le transport soit effectué à la température corporelle, au mieux dans la poche du pantalon.

Le sperme sera analysé au microscope dans un laboratoire spécial (spermogramme ou analyse de l’éjaculat). Ce faisant, on veillera avant tout:

  • Au volume du prélèvement (minimum 1,5 ml)
  • Au nombre de spermatozoïdes (minimum 39 millions)
  • À leur mobilité (minimum 50% se déplacent vers l'avant, 25% se déplacent rapidement vers l’avant) et
  • à leurs caractéristiques (minimum 4% devraient être formés « normalement »).

On peut en parallèle déterminer le taux de PH (entre 7 et 8), le taux de fructose (minimum 13 micromoles), la viscosité et la nature bactérienne du sperme.

Un autre critère pour déterminer la qualité des spermatozoïdes est le test appelé test de MAR (Mixed Antiglobunlin Reaction Test). C’est la raison pour laquelle l’éjaculat est analysé sur des anticorps spermiques. Ces anticorps apparaissent par exemple lorsque le canal déférent est endommagé à l’intérieur. Ils demeurent collés aux spermatozoïdes et ceci a pour conséquence qu’ils ont du mal à franchir le col de l’utérus. C’est la raison pour laquelle la valeur de référence retenue est que de telles particules ne peuvent portées par plus de 50 pour cent des spermatozoïdes.

Comme la qualité du sperme même chez les hommes dont la fertilité est normale peut énormément varier, il est nécessaire de pratiquer un deuxième examen trois mois plus tard, car un seul prélèvement ne reflète que l’état momentané de la capacité de conception. D‘autre part: La capacité de procréation de l’homme ne devrait pas être mesurée uniquement par spermogramme, car des grossesses peuvent survenir même lorsque le sperme est durablement de mauvaise qualité, ce qui se produit occasionnellement. En revanche, il est possible qu’aucune grossesse ne survienne, même lorsque le sperme est de toute évidence de bonne qualité. C’est la raison pour laquelle il faut aussi toujours pratiquer un examen clinique (le plus souvent aussi par échographie) des organes génitaux masculins. Si vous prenez régulièrement des médicaments, vous devrez le mentionner absolument lors de la remise de l’éjaculat.

Lorsque le sperme est de très mauvaise qualité, il sera peut-être judicieux de procéder à une recherche génétique, car certaines maladies génétiques peuvent être mises en lumière par la modification de la qualité des spermatozoïdes, ainsi que par leur nombre. Il faut ainsi éliminer la transmission héréditaire de la fibrose cystique (FC) ou de la fibrose kystique. La fibrose kystique est une maladie génétique relativement fréquente, qui a pour conséquence un épaississement des sécrétions de la membrane de la muqueuse qui touche en tout premier lieu les poumons et le pancréas mais aussi la qualité du sperme.

Dans des cas très rares, il faudra pratiquer une biopsie des testicules et de l’épididyme pour récupérer du sperme afin de réaliser une fécondation artificielle (MESA ou TESE). Selon l’avis de la plupart des experts, il ne faut pas procéder à des opérations complexes pour établir un diagnostic.

Newsticker

Les petites testicules font de bons pères: Une étude scientifique démontre que: La quantité de testostérone dans le sang et la grosseur des testicules entretiennent une relation inverse à celle de la façon dont le père s’occupera des ses enfants. L’hormone sexuelle mâle se forme directement dans les testicules. Les hommes nantis de grosses testicules et d’un taux de testostérone élevé s’occuperaient moins de leurs enfants, seraient moins proches - c'est à dire, joueraient moins avec eux, ne se lèveraient pas la nuit pour eux, auraient moins envie de les laver, les nourrir et de changer leurs couches. Des études précédentes ont déjà mis en lumière que le taux de testostérone diminue la plupart du temps chez les nouveaux pères. (swissmom-Newsticker, 13.10.2013)

Last update : 31-10-19, BH

loading