Hypospadias

Un nouveau-né masculin sur 300 vient au monde avec une déformation plus ou moins prononcée de l’urètre. L’hypospadias - selon le terme officiel - est de ce fait une des malformations congénitales les plus fréquentes chez les garçons.

Dans ce cas, l’orifice d’où sort l’urine ne se trouve pas à l'avant sur le gland, mais ailleurs, le plus
souvent sur la partie inférieure du pénis. Dans les cas légers d’hypospadias, l’orifice de l’urètre est petit et se trouve près de la pointe du gland. Dans le cas plus graves, l’orifice ressemble plus à une fente et se situe sur la racine du pénis ou sur la séparation entre pénis et ouverture ventrale. Souvent, le pénis est aussi courbé vers le bas. Le jet d’urine devient alors difficile à contrôler.

L’hypospadias est le résultat d’un problème hormonal durant une phase critique du développement prénatal. À cause de cette perturbation, les organes sexuels ne sont pas complètement formés. Cette malformation peut aussi être due à facteurs génétiques et environnementaux. L’hypospadias peut encore être lié à d'autres problèmes, comme l’ectopie ou une intersexuation

L’hypospadias ne fait pas mal à l'enfant, mais une intervention chirurgicale est tout de même nécessaire, car à la durée
la malformation peut être pénible pour le garçon. Il ne peut pas uriner comme les autres en un haut jet, et sur les toilettes aussi, cela passe souvent à côté. La confiance en soi peut en souffrir et entraîner des inhibitions sexuelles plus tard.

Le meilleur moment pour l’intervention est le neuvième au douzième mois, en tous les cas avant la troisième année de vie. L’intervention consiste à reformer les parties manquantes de l’urètre sous anesthésie complète à partir de la peau du pénis et du scrotum.

Last update : 06-11-19, BH