Medikamente, Tabletten

Le sevrage rapide

Le sevrage rapide est séparé en sevrage rapide primaire et secondaire:

Sevrage primaire: La production de lait est inhibée d’emblée si la mère ne peut ou ne veut pas allaiter. La prise de médicaments commence dès les premières heures après l’accouchement. 

Sevrage secondaire: La production de lait est bloquée plus tard, par voie médicamenteuse ou des moyens naturels. Cela peut être lent ou rapide. Souvent, malgré un sevrage secondaire médicamenteux, il faut utiliser en complément d’autres méthodes. En effet, le sevrage secondaire a souvent lieu pendant ou après la montée de lait. Il s’agit donc de soulager les symptômes de la montée de lait malgré le sevrage.

Le sevrage rapide peut être nécessaire par ex.

  • si la mère ne veut pas allaiter 
  • en présence de maladies/opérations du sein
  • si la mère est positive au VIH et ne suit pas un traitement antirétroviral ou si elle a une tuberculose. Une hépatite B ou C n’est d’ordinaire pas une raison d'arrêter d’allaiter, mais l'enfant doit être vacciné activement et passivement pendant le post-partum en cas d'hépatite B.
  • en cas d’abus de stupéfiants
  • si l’enfant est décédé 
  • si l’enfant est mis à l’adoption
  • si d'autres maladies font que la mère ne peut pas allaiter.

Votre médecin ou sage-femme vous donnera un médicament (par ex. à base de cabergoline) qui inhibe la production de prolactine (l’hormone de l’allaitement) et donc la production de lait. Lors du sevrage à la cabergoline, il peut arriver qu’une nouvelle montée de lait ait lieu au bout d’une semaine à 10 jours. Dans ce cas, il faut reprendre les comprimés.

En plus du sevrage médicamenteux, il existe diverses méthodes alternatives, par exemple:

  • ne plus donner le sein
  • 2 à 3 tasses de tisane de sauge/menthe par jour
  • beaucoup de persil dans la nourriture
  • refroidir la poitrine
  • des soutien-gorge serrés
  • éviter de stimuler la poitrine et les mamelons
  • Phytolacca C30 globules, 3x par jour
  • compresses de reine-des-prés
  • compresses d’huile de géranium (par ex. 2 à 3 gouttes dans de l'eau ou du séré) 

C'est important de continuer à contrôler régulièrement votre poitrine même après le sevrage. Si la production de lait ne veut pas s’arrêter, adressez-vous à un médecin, car même si l'enfant ne boit plus, vous pourriez encore subir une inflammation du sein.

Last update : 26-11-19, MR / CMA / équipe sages-femmes swissmom

loading