Mutter in der Wanne, Stirn am Rand abgestützt

Comment se passe un accouchement dans l'eau

Pour pouvoir accoucher dans l’eau, certaines conditions de base doivent être remplies, afin que la sécurité de la mère et l'enfant, ainsi que celle du personnel, soient garanties. Un lit d’accouchement normal doit se trouver dans la pièce, au cas où il faut poursuivre l'accouchement au sec.

La baignoire d'accouchement est très grande, vous pouvez donc vous mettre dans diverses positions. Elle a des dispositifs de maintien spéciaux et des appuis pour les pieds. Il en existe même qui ont encore de la place pour le futur père, mais elles sont rares. La baignoire doit être accessible de tous côtés et il doit être simple et sans danger d’y entrer et d'en sortir.

Les examens d'entrée normaux sont effectués avant un accouchement dans l’eau. Cependant, on recommande en plus un lavement pour éviter de souiller l’eau pendant la phase d'expulsion. Le lavement devrait être effectué aussi tôt que possible. Dans la plupart des cliniques d’obstétrique, on installe aussi un accès veineux, par ex. dans une veine du bras, pour pouvoir injecter rapidement des médicaments en cas d’urgence. Souvent, il n’est pas nécessaire de donner des antidouleurs pendant un accouchement dans l’eau typique, car l'effet relaxant dans l’eau rend leur utilisation peu probable.

La baignoire est remplie d’eau jusqu’au nombril. L’eau est transparente: les produits spéciaux, comme les huiles essentielles ou bains moussants, ne sont pas autorisés lorsque la tête de l'enfant sort. La phase d’ouverture comme la phase d'expulsion peuvent se faire dans la baignoire. Mais la mère peut entrer dans l'eau quand le cœur lui en dit. Toutefois, rester trop longtemps dans l'eau (>2,5 heures) peut être désagréable et un changement de position est souvent bon pour faire progresser l’accouchement. Pendant toute cette période, on surveille régulièrement les battements du cœur de l’enfant, que ce soit via CTG ou simplement en écoutant les battements du cœur de l’enfant. Dès que les battements deviennent moins bons, il faut immédiatement mettre fin à l'accouchement dans l'eau.

La sage-femme assiste et dirige l'accouchement depuis le bord de la baignoire. Il faut toujours qu’une autre personne, généralement le partenaire, soit présente, pour garantir la sécurité de la mère. Si vous êtes trop détendue et que les contractions deviennent plus faibles vers la fin de la phase d'expulsion, se lever brièvement fait parfois du bien, car l'air froid stimule le travail. Avant et pendant la percée de la tête du bébé, la sage-femme va protéger le périnée. Comme l’eau est très élastique dans l'eau, une épisiotomie n’est souvent pas nécessaire. Mais on peut très bien l'effectuer aussi sous l’eau.

Une fois la tête sortie, le reste du corps suit très rapidement et le nouveau-né est déposé sur le ventre de la mère. Dès que le visage de l’enfant entre en contact avec l’air, il commence à respirer. Après cela, il ne faut plus l’immerger. La mère et l'enfant ont mérité quelques minutes de calme et un peu de temps pour un contact peau à peau; le premier allaitement après la naissance peut aussi encore se faire dans la baignoire. La tétée est la première mesure pour provoquer d’autres contractions pour que le placenta se détache de l'utérus et se fasse expulser (délivrance). Pour pouvoir prendre des mesures pour décoller le placenta , la mère doit quitter l’eau si le placenta ne se détache pas spontanément. Mais les blessures comme les déchirures du périnée ou les épisiotomies doivent être traitées au sec par le médecin.


Last update : 28-04-16, BH/ET / équipe sages-femmes swissmom

loading