Blutkonserve

Saignements pendant l'accouchement

Il n’existe pas d'accouchement sans saignements. Avant et pendant l'accouchement, de légers saignements peuvent s’écouler du col de l’utérus; ces pertes sanglantes ne sont pas une raison de s’inquiéter, mais méritent quand même d’être observées.

D'un autre côté, des saignements intenses peuvent se produire pendant l'accouchement et mettre sérieusement en danger la mère et l'enfant. Dans une telle situation, la sage-femme prend les premières mesures et, si vous êtes à l’hôpital, fait intervenir un médecin. À domicile, la sage-femme tentera de stabiliser la circulation de la femme avant de la transférer à l’hôpital.

Les saignements au 3e trimestre de grossesse ou pendant l’accouchement peuvent être dus à des complications liées au placenta, soit qu’il se décolle prématurément, soit qu’il est situé sur le col de l’utérus (placenta praevia). De nos jours, un placenta praevia est normalement détecté lors d’une échographie au cours de la grossesse et la plupart des cas sont diagnostiqués avant le début du travail. Le type d'accouchement est choisi en fonction de l’état du placenta praevia. Si le placenta empiète sur le col de l’utérus ou le recouvre même complètement, on recourra très certainement à une césarienne planifiée avant le terme calculé.

De forts saignements pendant le travail sont donc plutôt dus à un décollement précoce du placenta, qui peut aussi provoquer des douleurs au bas-ventre et une mauvaise alimentation du fœtus. En cas de décollement précoce du placenta, on effectue aussi vite que possible un accouchement par césarienne.

C’est tout à fait normal de perdre un peu de sang: environ 300 ml pour un accouchement naturel et à peu près 500 ml lors d’une césarienne. Une femme peut même perdre jusqu’à 15% de son sang pendant l'accouchement, sans souffrir d’anomalies du sang ou d’anémie. Jusqu’à 20% de perte de sang, il suffit en général d’assister la circulation par une perfusion de liquide physiologique. Pour une perte de sang de plus de 20%, on emploie des poches de sang ou des facteurs de coagulation. Il faut toujours surveiller de près la tension et le pouls de la mère en cas de saignements. En outre, au début de l'accouchement, la mère reçoit un abord veineux et se fait prélever un peu de sang, comme décrit dans Les examens d’entrée; les grands établissements le font systématiquement, les moins grands seulement en présence d'un facteur de risque (anomalies placentaires, grossesse multiple, second enfant etc).

Une déchirure de l’utérus (rupture utérine) suite à la pression des contractions est très rare et arrive presque exclusivement chez les femmes qui ont subi une césarienne. Avec une incision transversale, la plus utilisée pour les césariennes de nos jours, le risque d’avoir plus tard une rupture utérine est de 0,2 à 0,8%; le risque de déhiscence, moins dangereuse, est d’environ 2-4%. En présence de ces antécédents, il est important de bien surveiller la mère au CTG et de contrôler ses saignements. Les douleurs ne sont pas toujours signes d’une déchirure de l’ancienne cicatrice, qui est souvent complètement indolore. C'est aussi pour ça qu’un accouchement sous anesthésie péridurale est possible de nos jours, car l’anesthésie n’occulterait pas une rupture. Cependant, l'accouchement doit être surveillé de très près, si possible dans une clinique bien préparée pour les urgences. Attention, il faut immédiatement stopper une stimulation du travail à l’ocytocine si elle ne fonctionne pas. Une stimulation trop prolongée augmente le risque de rupture de la cicatrice. Toutes les études réalisées à ce jour sont unanimes sur ce point.

Souvent, une césarienne d’urgence est inévitable en cas de saignements pendant l’accouchement. Si les saignements sont légers, on peut attendre et surveiller de près l'intensité de l’hémorragie, les battements du cœur du bébé, l’évolution des contractions et la progression de l’accouchement. Votre sage-femme ou votre gynécologue discutera avec vous de l’éventualité d’une césarienne s’il existe un danger pour vous ou votre bébé.

Les saignements pendant la délivrance sont une autre complication de l'accouchement.

Last update : 01-09-18, BH / équipe sages-femmes swissmom

loading