Zeigefinger berührt die Kaiserschnittnarbe

Déroulement de l’opération

La césarienne est une opération obstétrique consistant à inciser (ouvrir) le ventre et l'utérus de la mère pour sortir l'enfant. Pour éviter les douleurs, on peut utiliser diverses méthodes d’anesthésie.

Dans la méthode «classique», l’obstétricien commence par pratiquer au scalpel une incision incurvée en travers du pubis. L'incision peut aussi (plus rarement et en général lors des opérations d’urgence) être verticale, du nombril au pubis. Ensuite, il sépare les couches situées dessous (peau, graisse, tissu conjonctif, muscles, péritoine) et ouvre l’utérus. L'enfant et le placenta sont retirés délicatement et le cordon ombilical sectionné. Ensuite, le médecin recoud successivement l’utérus et les couches du ventre.

Des drains installés entre les couches de tissus permettent au sang et autres liquides de s’évacuer. En outre, on installe un cathéter pour vider la vessie et une perfusion intraveineuse. De nombreux hôpitaux donnent aujourd'hui par défaut des antibiotiques pour prévenir les infections. Après l’opération, la mère doit porter des bas de compression et/ou reçoit des injections d’héparine pour prévenir l’apparition de caillots de sang (thrombose). Les embolies pulmonaires font partie des complications les plus redoutées de l’accouchement par césarienne.

Depuis quelques années, il existe une nouvelle méthode d’opération appelée «césarienne douce» ou méthode de Misgav-Ladach. Beaucoup d’obstétriciens n’utilisent quasi plus que cette méthode.

En même temps qu’une césarienne, on peut aussi pratiquer une stérilisation en ligaturant les trompes de Fallope.

Last update : 03-04-18, BH

loading