Frauenhände zeigen auf die Kaiserschnittnarbe

Complications et séquelles à long terme d'une césarienne

Le danger que représente la césarienne pour la mère n'a jamais été aussi faible. Néanmoins, le risque de décéder des suites de l’accouchement est trois fois plus élevé sous césarienne que lors d’un accouchement vaginal, comme le montrent les statistiques de l’enquête bavaroise.

La complication la plus dangereuse, parfois fatale, est l’embolie pulmonaire, le caillot de sang dangereux provenant souvent d'une thrombose veineuse de la jambe. Après une césarienne, le risque de développer une thrombose et une embolie pulmonaire est particulièrement élevé, car la grossesse modifie la coagulation du sang.

L’opération peut en outre entraîner de fortes pertes de sang, nécessitant dans certains cas exceptionnels (environ 1% des césariennes) une transfusion sanguine. Ces pertes de sang peuvent aussi arriver lorsque l’utérus ne se rétrécit pas correctement après la naissance de l’enfant ou si le placenta reste accroché dans la paroi utérine (placenta accreta). Dans ces cas, on administre d’abord des médicaments qui aident l’utérus à se contracter. Très rarement, le saignement est tellement grave qu’il faut retirer l'utérus pour sauver la vie de la mère.

Dans de rares cas, on peut blesser les organes voisins (vessie et intestin) lors d’une césarienne, ce qui entraîne d'autres opérations. Parfois, on coupe aussi l'enfant; mais il s’agit en général de blessures très superficielles qui n’ont que très rarement besoin d’être recousues.

Comme pour toutes les opérations, la césarienne comporte un risque d’infection de la blessure. Les diabétiques et les femmes avec une paroi abdominale très épaisse sont les plus exposées à ce risque. Souvent, des antibiotiques suffisent, mais parfois il faut rouvrir la cicatrice pour évacuer les sécrétions et le pus, puis la recoudre à nouveau.

La complication la plus fréquente après l’opération est une légère complication, facile à surmonter en buvant suffisamment et avec des laxatifs doux. Il peut aussi y avoir des troubles urinaires, qu’on peut traiter à court terme par l’installation d'un cathéter à usage unique. Les cystites peuvent se maîtriser avec beaucoup de liquide et éventuellement des antibiotiques.

À long terme, une césarienne, comme toute autre opération du ventre, peut causer des néoplasmes et des coalescences. Le tissu cicatriciel dans l’abdomen peut diminuer la fonctionnalité des ovaires et causer une infertilité. La cicatrice peut aussi faire du mal pendant longtemps. Après une césarienne, il arrive plus souvent qu'aux grossesses suivantes, le placenta bloque le col de l’utérus (placenta praevia).

La césarienne peut aussi être associée à certains désavantages pour l'enfant.

Last update : 02-12-19, BH

loading