Pourquoi dit-on que les douze premières semaines de grossesse sont le moment où l'enfant est le plus susceptible d'être atteint?

Au cours du premier trimestre de la grossesse, tous les organes de l'enfant sont créés et, dans certains cas, formés. Par la suite, ils ne font que mûrir et ne se préparent qu'à une fonction indépendante.

Le plus grand risque de lésion de l'enfant survient entre le 14ième et le 55ième jour après la conception, c'est-à-dire après que l'ovule fécondé se soit installé dans l'utérus. A ce stade, les cycles maternel et infantile sont déjà connectés. Il y a ce qu'on appelle la barrière placentaire, qui est censée arrêter les substances nocives sur le chemin de l'enfant. De plus, l'organisme de la mère agit très efficacement pour décomposer les substances nocives avant qu'elles ne puissent atteindre l'enfant. Mais certaines substances dans le sang de la mère (p. ex.droguesnicotinemédicamentsalcool) peuvent encore traverser la barrière placentaire, perturber le développement des organes et endommager l'enfant. Dans les cas graves, une fausse couche peut également survenir.

Avant l'imbrication de l'œuf fécondé, c'est-à-dire dans les deux premières semaines après la fécondation, la loi du "tout ou rien" est toujours d'application. Cela signifie que les dommages sont soit si graves que le petit tas de cellules est complètement détruit ou bien les dommages sont mineurs, de sorte que la fonction des cellules endommagées est équilibrée par des cellules saines et qu'un enfant en bonne santé se développe.

De nombreuses anomalies infantiles peuvent être détectées avant la naissance, certaines peuvent même être traitées. Néanmoins, il y aura toujours des incapacités qui ne peuvent pas être détectées par les méthodes d'examen conventionnelles. C'est pourquoi la détection précoce, mais aussi la prévention, c'est-à-dire l'évitement le plus complet possible des influences néfastes, sont d'une importance capitale.

Last update : 13-08-16, BH