Leichtere Geburt durch richtige Ernährung

Faciliter l'accouchement par une bonne alimentation

À côté des possibilités pour réduire les douleurs du travail par des antidouleurs ou des alternatives naturelles, il existe un régime spécial qui pourrait prétendument accélérer l'accouchement et diminuer les complications: La méthode LOGI (low glycemic index, faible indice glycémique), adaptée à la grossesse par le Prof. Frank Louwen, directeur du service d’obstétrique de la clinique de gynécologie de Francfort et aussi appelée régime Glyx. Mais ça fonctionne vraiment? Et comment?

La méthode LOGI consiste à éviter, pendant les six semaines qui précèdent l’accouchement, de manger des glucides qui font augmenter rapidement le taux de sucre dans le sang (glycémie), autrement dit à indice glycémique élevé. Il s’agit principalement des glucides simples des céréales et du sucre, comme dans le pain, les pâtes, le riz et les sucreries. Par contre, on peut manger sans complexes des glucides plus complexes, par exemple légumineuses (lentilles, pois, haricots, pois chiches), produits laitiers, riz sauvage, oranges, pommes, poires et noix.

D'ailleurs, beaucoup de sages-femmes recommandent déjà de manger aussi peu de glucides que possible les dernières semaines, au plus tard 36 heures avant l’accouchement, pour réduire les douleurs du travail.

Et comment ça marche? À partir de la 35e semaine de grossesse, quand les poumons du fœtus sont assez mûrs pour assurer la survie en dehors de l’utérus, la production de prostaglandines augmente. Ces hormones tissulaires provoquent l’élargissement et le raccourcissement du col de l'utérus avant l’accouchement et stimulent les contractions. Par contre, elles ne fonctionnent dans le corps que si elles trouvent assez de récepteurs (points d’ancrage). Malheureusement, l’inuline et l’insuline, produites surtout après des repas qui font augmenter la glycémie, occupent les mêmes récepteurs. Les prostaglandines, bloquées, n’arrivent pas à commencer l’accouchement et errent dans le sang, ce qui provoque des douleurs.

Une alimentation riche en glucides empêche donc le corps de se préparer à l’accouchement et de déclencher le travail, tout en augmentant les douleurs perçues. L'accouchement commence plus tard (pouvant aller jusqu’au dépassement de terme) et est associé à plus de douleurs, à cause du nombre insuffisant de récepteurs de prostaglandines disponibles. Ceci pourrait même entraîner des accouchements difficiles et augmenter le risque de césarienne. D’ailleurs, pour induire l’accouchement, on administre souvent les prostaglandines manquantes au moyen d’un gel vaginal aux prostaglandines.

Le professeur Louwen déconseille toutefois cette alimentation en cas de diabète de type 1. De toute manière, si la mère souffre d’une maladie du métabolisme, elle doit consulter le médecin auparavant.

Last update : 19-08-19, BH

loading