Allergievorbeugung in der Schwangerschaft

Prévention des allergies pendant la grossesse

Comment protéger mon bébé contre les allergies? Cette question se pose surtout chez les parents qui sont eux-mêmes allergiques. Des études ont montré que le risque génétique de développer une allergie augmente de 20 à 40 pour cent quand l'un des parents est allergique. Si les deux le sont, le risque augmente de 40 à 60 pour cent. Dans ce cas, mieux vaut éviter d'augmenter encore le risque.

Le cordon ombilical n’apporte pas seulement de l’oxygène et des nutriments à l’enfant, il amène aussi directement des toxines et des allergènes (substances qui provoquent des allergies) dans sa circulation. Il a été prouvé scientifiquement que les allergènes des poils de chat, des protéines de lait de vache, des poussières ou du pollen peuvent atteindre le fœtus par ce biais. Le système immunitaire peut devenir hypersensible déjà dans le ventre maternel.

Si vous ou des parents proches ont des allergies (rhume des foins, asthme, dermatite atopique, eczémas etc.), mieux vaut appliquer certaines mesures déjà pendant la grossesse:

  • Non à la fumée: le tabagisme passif comme la fumée passive augmentent énormément le risque futur d’allergies. Les bébés de mères fumeuses ont un taux d’IgE plus élevé après leur venue au monde. L’immunoglobuline E (IgE) est une substance défensive produite par le corps et directement connectée à l’apparition des allergies. Et comme la fumée passive met aussi en danger l'enfant, le partenaire doit aussi renoncer à la clope!
  • Probiotiques: il s'agit de bactéries intestinales qui se trouvent dans certains produits laitiers, qui sont bons pour la flore intestinale et sont censés réduire le risque d’allergie. Selon une étude finlandaise, consommer tous les jours du yogourt nature vers la fin de la grossesse a pour conséquence une diminution de moitié du nombre d'enfants présentant une dermatite atopique deux ans plus tard.
  • Acides gras oméga-3: les enfants de femmes ayant pris au moins deux à trois fois par semaine des poissons gras (comme le hareng ou le saumon) ou d'autres sources d’oméga-3 (huile de lin, de colza etc.), avaient plus tard jusqu’à un tiers de réactions allergiques en moins par rapport au groupe de contrôle sans poisson.
  • Pas de régimes peu variés: ils peuvent augmenter le risque d’allergie chez l'enfant. Les femmes enceintes devraient donc avoir une alimentation équilibrée et variée et manger des aliments de tous les groupes.
  • Faites attention à votre poids: si vous avez trop de poids ou trop peu, ça peut augmenter le risque d’allergie de votre bébé.
  • Non aux césariennes électives: il a été prouvé que l’accouchement vaginal a de nombreux avantages par rapport à une césarienne. En tous les cas, en passant par le col et le vagin, l’enfant reçoit des bactéries importantes pour son système immunitaire, ce qui réduit le risque d’avoir plus tard des problèmes respiratoires et digestifs.
  • Animaux domestiques: si le risque d’allergie est très élevé, ça peut être une bonne idée de confier votre chien ou chat à quelqu’un d’autre dès le début de la grossesse, afin de réduire autant que possible la présence d’allergènes animaux dans le logis d’ici à l’accouchement. Par contre, les bébés de parents non allergiques sont apparemment mieux protégés contre les allergies s’ils grandissent avec des animaux.

Tout ce que vous mangez peut vous apporter des allergènes potentiels qui passent en partie à votre bébé. Pour cette raison, on conseillait autrefois un régime strict excluant les aliments connus pour déclencher des allergies: œufs, lait de vache et produits laitiers, blé et noix, protéines de volaille, soja, agrumes, fraises, carottes, céleri et poisson. De nos jours, les experts disent que les femmes enceintes n’ont pas besoin d’éviter les allergènes. Au contraire:  ils recommandent même un contact aussi rapide que possible avec toute une variété d'aliments pour prévenir les allergies. Que ce soit dans le ventre, plus tard dans le lait maternel ou au plus tard dans les aliments de complément: l'apport de petites quantités permet au corps de s’habituer à ces aliments et de les supporter. Donc, mangez ce qui vous fait envie et que vous supportez bien.

Seule exception: si la future maman, le futur papa ou les deux parents sont allergiques à un aliment en particulier, mieux vaut ne pas y toucher pendant la grossesse.



Newsticker

Femmes enceintes, buvez du lait! Si les femmes ajoutent à leur menu beaucoup de produits laitiers riches en calcium, comme le yogourt ou le lait, cela peut réduire le risque d’eczéma infantile (atopique) et d’asthme bronchique chez leur progéniture. C'est ce qu’a révélé une étude japonaise menée chez 1345 paires mère-enfant avec des enfants âgés de 23 à 29 mois. Par contre, si la mère absorbait plus de vitamine D que la moyenne, le risque d’eczéma augmentait. La vitamine D se retrouve principalement dans la viande, le foie, les poissons à l’huile, le saumon et les poissons de mer, ainsi que le jaune d'œuf. Toutefois, le risque de surdose de vitamine D est très faible par chez nous. En Europe occidentale, on court plutôt le risque de manquer de vitamine D. (swissmom Newsticker, 24/09/2014).

Les allergies déjà avant la naissance? Apparemment, les allergies ne naissent pas seulement pendant les premiers mois de vie. Une étude australienne publiée récemment dans Science Translational Medicine démontre que des facteurs prénataux jouent aussi un rôle. Plus de mille enfants ont été accompagnés déjà pendant la grossesse. Après l’accouchement, leur sang de cordon a été récolté et conservé. À l’âge d'un an, les enfants ont subi des tests cutanés pour les allergies alimentaires courantes. Il s’est avéré que les tout-petits avec des allergies alimentaires avaient des tests sanguins anormaux, surtout des cellules immunitaires hyperactives, déjà avant leur naissance. Les chercheurs supposent que, lorsque les mères sont exposées à certains facteurs pendant la grossesse, ça se répercute sur le système immunitaire des enfants. (swissmom Newsticker, 13/03/2016)

Last update : 05-02-18, BH

loading