Frau sitzt mit dem Arzt am Tisch im Gespräch

Traitement d'une mycose vaginale

En général, un traitement d’au moins sept jours prescrit par votre gynécologue permet de bien maîtriser les candidoses de la zone intime. Mais une rechute est toujours possible. Il faut traiter en même temps le partenaire si lui aussi présente des symptômes, pour éviter un «effet ping-pong». Autrement, à ce que l'on sait actuellement, traiter le partenaire n’est pas nécessaire. Vous devriez renoncer aux rapports sexuels jusqu’à ce que vous soyez guérie. Pour l’hygiène intime, les spécialistes recommandent les lingettes pour bébé à l’huile.

Un antifongique (généralement du clomitrazole ou de la nystatine) pour le traitement direct, sous forme de crème ou d’ovules vaginaux, est le remède classique contre les mycoses; il doit être administré pendant sept jours. Toutefois, à partir du quatrième mois de grossesse, le clomitrazole ne doit être utilisé que sur prescription médicale, pas en automédication. Il existe aussi déjà des antifongiques locaux (les imidazoles, par ex. éconazole, isoconazole, miconazole ou oxiconazole), qui peuvent être utilisés une fois plutôt que sur plusieurs jours, ce qui est bien sûr beaucoup plus confortable. Leur efficacité pendant la grossesse n’a toutefois pas encore été prouvée définitivement. Les antifongiques oraux (sous forme de comprimés, comme le fluconazole) n’ont pas encore été suffisamment testés pour savoir s’ils sont inoffensifs pendant la grossesse, mais en crème, ils sont sans risque.

En cas de forte démangeaison, une crème ou pommade avec un peu de cortisone peut aider. Il n’y a pas à craindre d'effets sur le bébé.

Les levures de la famille candida se nourrissent de composants du sucre, qu’elles transforment entre autres en alcool. C'est ça qui cause la brûlure des muqueuses vaginales, l'un des symptômes de la maladie avec les démangeaisons, les rougeurs et les gonflements. Certains spécialistes conseillent donc en outre d’éviter le sucre et la farine blanche (les produits à base de glucides raffinés à faible valeur nutritive) et de manger plus de produits de céréales entières, de fruits, de légumes et de protéines. Cela ne modifiera pas forcément la teneur en sucre des sécrétions vaginales. Mais une mycose vaginale provient souvent d'une augmentation du nombre de levures dans le rectum qui elle est favorisée par une alimentation riche en glucides. Les champignons peuvent arriver au vagin depuis l’intestin en traversant la courte distance qui les sépare. Passer à une alimentation équilibrée riche en fibres et modérer la consommation de sucre peut ainsi contribuer à réduire le nombre de germes dans l’intestin et le risque de contagion. En outre, il faut faire attention en s'essuyant aux toilettes pour ne pas amener des matières fécales au vagin.

Une modification du pH, recommandée en cas d’infections vaginales bactériennes, ne sert à rien, car les champignons sont indifférents à la nature acide ou basique du milieu. Nombre des remèdes «maison» (bains de siège au vinaigre, à la camomille ou à la sauge) arrivent donc soulager les démangeaisons, mais n’empêchent pas les champignons de pousser. Concernant l’utilisation des tampons imbibés de yogourt (yogourt nature avec des cultures vivantes de lactobacilles), mieux vaut faire attention pendant la grossesse.

Last update : 21-03-19, BH

loading