Kopfschmerzen

Maux de tête

Les changements hormonaux augmentent l’irrigation des muqueuses. Cela rend les muqueuses du nez plus sensibles; vous pouvez alors avoir plus souvent le nez bouché ou les sinus irrités. Ce qui peut, à son tour, provoquer des maux de tête. D’autres causes possibles des maux de tête sont le stress, le surmenage et l’épuisement, un mauvais maintien avec des tensions dans les épaules et la nuque, pas assez d'exercice et d’oxygène, une mauvaise alimentation et, cas fréquent dans la grossesse, l’arrêt soudain de la caféine.

Le traitement des migraines ou maux de tête pendant la grossesse doit être soigneusement pensé. Ne prenez pas juste vos comprimés normaux, ils pourraient gêner le développement de votre enfant!  Demandez toujours d’abord à votre médecin si vos médicaments habituels pourraient être dangereux.

Règle générale: pendant que vous êtes enceinte, essayez toujours d’abord d’alléger vos maux de tête par des mesures non médicamenteuses et sans danger. Sortez à l’air frais ou allongez-vous. L’exercice physique régulier, ainsi que la détente et les petites pauses ou un maintien conscient, peuvent soulager. Une compresse froide ou de l’huile de menthe sur le front font souvent des miracles. L’acuponcture, l’acupressure, les drainages lymphatiques, les massages et exercices de détente (détente musculaire, entraînement autogène, biofeedback) sont recommandés. Un bain de pieds chaud peut aussi être utile. Et bien entendu, il faut éviter les déclencheurs connus des maux de tête, comme l’alcool et la nicotine.

Attention!

Si dans la seconde moitié de la grossesse vous souffrez de maux de tête plus forts que d’habitude, qui durent particulièrement longtemps ou accompagnés de nausées, informez à tout prix votre gynécologue ou votre sage-femme. Vous pourriez avoir une complication grave, comme une hypertension ou une prééclampsie.

Bien sûr, pendant la grossesse, mieux vaut éviter autant que possible les médicaments (sauf en cas d'urgence), mais parfois, ça ne va pas autrement, par ex. parce que les maux de tête s'accompagnent de forts vomissements. Dans ces cas, prendre un antidouleur au paracétamol (par ex. Dafalgan, Panadol, ben-u-ron) conformément à la notice (un à deux comprimés toutes les quatre heures) est sans danger du point de vue médical. L'ibuprofène est autorisé en tant que deuxième choix, mais seulement avant le dernier tiers de la grossesse. Le diclofénac et l’indométacine, deux anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), n'entraînent pas de malformations chez l'enfant mais pourraient déclencher une fausse couche. Vers la fin de la grossesse, les AINS ne sont plus autorisés: ils peuvent bloquer le travail et prolonger l'accouchement, augmenter le risque de saignement et provoquer une dysfonction cardiaque congénitale chez l'enfant. Idem pour l’acide acétylsalicylique (aspirine) pour le traitement des maux de tête, d'autres douleurs ou de la fièvre. Mais ce médicament peut être employé à dose très faible (40-150 mg/jour) y compris au dernier tiers de grossesse, pour prévenir une prééclampsie ou en cas de tendance aux thromboses.


Questions fréquentes

Que faire en cas de maux de tête pendant la grossesse?

Existe-t-il un remède contre les maux de tête ou la migraine qui peuvent être pris en début de grossesse?

Newsticker

Quand les glaces font mal à la tête: quand on prend une trop grosse portion de glace que l’on avale trop rapidement, on a mal à la tête en quelques secondes. Ce «gel du cerveau» ou peut, dans les pires des cas, déclencher une migraine, et il est très désagréable, même s’il ne dure heureusement pas très longtemps. La douleur vient probablement du fait que les muscles et vaisseaux de la tête se contractent à cause du froid soudain qui passe par le palais. C'est pourquoi il vaut mieux laisser fondre les glaces ou sorbets dans la bouche avant de les avaler. Cela réduit la différence de température entre la glace et le palais et prévient ce stimulus. (swissmom Newsticker 7.8.2013)

Paracétamol et grossesse: Les préparations antalgiques et anti-fièvre connues comme le Panadol, Acetalgin, Contra Schmerz, Ben-u-ron, Tylenol, Zolben, Influbene ou le Dafalgan contiennent une substance appelée paracétamol, longtemps considéré comme inoffensif et produit de premier choix même pendant la grossesse. Mais de nouvelles études scandinaves mettent une utilisation prénatale prolongée en rapport avec l’apparition d’un TDAH, d’une hyperactivité et de problèmes moteurs chez l'enfant. Ceci ne suffit pas à prouver que cet effet nocif existe, et ce n’est certainement pas une raison de s’alarmer. Toutefois, Swissmedic, l'institut suisse des produits thérapeutiques, veut maintenant contrôler s’il faut adapter la mise en garde actuelle dans ce sens que les femmes enceintes et allaitantes ne doivent pas prendre de médicaments contenant du paracétamol pendant plus d’une semaine. (swissmom Newsticker, 27/11/2014)

Last update : 04-10-16, BH

loading