Frau liegt auf dem Sofa

Le syndrome de surstimulation ovarienne

La principale complication du traitement de stimulation hormonale pour le traitement de l’infertilité est la grossesse multi-fœtale, avec les risques qu'elle implique pour la grossesse et l’accouchement. Des jumeaux sont conçus dans 12 à 15% des traitements, des triplés dans environ 1-3%. 

La deuxième complication la plus fréquente, ce sont les réactions d’hypersensibilité au traitement de stimulation hormonale. Il s’agit du syndrome d’hyperstimulation ovarienne, rare sous clomifène, plus fréquent en cas de stimulation par gonadotrophine. Les ovaires, qui pendant des semaines n’ont pas du tout réagi au traitement, enflent soudain fortement, laissant parfois mûrir jusqu’à 30 ovules. Cela peut donner lieu à des kystes qui produisent de grandes quantités d'œstrogène. Cela s’accompagne de vomissements, de rétention d'eau dans tout le corps et surtout le ventre, de l’apparition de caillots de sang. Dans les pires des cas, cela peut entraîner un collapsus cardiovasculaire et une défaillance rénale qui nécessitent une hospitalisation. Certaines femmes sont particulièrement sensibles à ces complications. Dans une certaine mesure, des examens préalables permettent de déterminer si c'est votre cas.

Une surstimulation des ovaires peut aussi apparaître au début de la grossesse, sous l’effet de l’hormone de grossesse. Heureusement, celle-ci ne représente pas un danger pour la grossesse ou pour l’enfant en développement.

 

Last update : 25-04-16, BH

loading