Diagnosen bei der Frau

Diagnostics chez la femme 

Les termes suivants sont fréquemment utilisés pour diagnostiquer les troubles de fécondité chez la femme:

  • Infertilité tubulaire: Avec des ultrasons lors de l’hystérosalpingographie, ou à l’aide d’une échographie une obturation, ou une modification sur au moins une trompe peut être détectée. Il peut s’agir aussi d’un petit myome qui appuie sur la trompe.
  • Faiblesse du corps jaune (insuffisance lutéale): Les cellules de l‘enveloppe du corps jaune qui a éclaté ne génèrent pas suffisamment d’hormones du corps jaune (progestérone) durant la deuxième partie du cycle. Le symptôme de cette perturbation est une deuxième partie de cycle écourtée, alors que l’ovulation est normale.
  • Surproduction d’hormones mâles (hyperandrogénisme): Il n’y a aucune ovulation, de l’acné et un système pileux dense (hirsutisme), souvent aussi un surpoids constituent les symptômes extérieurs.
  • Surproduction de prolactine. L’ovulation en est empêchée. Parfois un stress trop important en est la cause. Des médicaments servant à l’allaitement peuvent normaliser la production de prolactine.
  • Ovaires polykystiques: Le syndrome des ovaires polykystiques (SOVP) se caractérise par une forme particulière des ovaires dans l’imagerie réalisées par ultrasons (colliers).
  • Insuffisance ovarienne hypergonadotrope: Une augmentation de la concentration en FSH est mesurée dans le sang au début du cycle mensuel. Le pronostique de grossesse est plutôt négatif, même après une thérapie complète.
  • Infertilité hypophysaire-hypothalamique: Des femmes dont le test de stimulation de l’hypophyse s’avère négatif (Test LHRH), sur lesquelles on a procédé à une ablation de l‘hypophyse et qui souffrent de perturbations hormonales qui se répercutent sur la thyroïde (maladies de la thyroïde, perturbations de la prolactine).

Explication de la fonction des différentes hormones

Newsticker

La thyroïde et le désir d’enfant: Il est peu connu qu’une maladie de la glande thyroïde peut être à l’origine de l‘infertilité. De plus, elle peut entraîner un risque accru de fausses couches et de complications durant la grossesse, tout comme chez le nouveau-né. On estime que 3 pour cent des femmes souffrant d’infertilité sont touchées par une hyperthyroïdie ou une hypothyroïdie. Beaucoup de ces femmes n’ont pas un cycle mensuel normal et pas d’ovulation. On devrait procéder chez toutes les femmes qui souhaitent concevoir, ou qui sont victimes de fausses couches à répétition, à des examens de la fonction thyroïdienne, elles devraient être traitées et bien surveillées durant la grossesse. (swissmom Newsticker, 19.3.15)

Last update : 04.2016, BH

loading