Kinderwunsch Wunschkinder Ava
Présenté par:

Désir d'enfant – enfants désirés

Un enfant n’a pas besoin d’être planifié pour être attendu avec joie par ses parents. Bien souvent, c'est un petit «accident» qui mène à une grossesse inattendue et à un bébé adoré sans lequel on ne peut plus s’imaginer vivre.

Ce qui est important, c'est l’attitude de la mère et du père envers leur enfant. En effet, un fœtus se rend compte des émotions qu’il déclenche, il sait si on l’attend avec joie, anxiété, inquiétude ou bonheur. Un lien étroit se crée entre la mère et l'enfant au cours de la grossesse, ainsi que par la suite, bien entendu. Si ce lien émotionnel est intact, cela procure sécurité et réconfort à l’enfant. Les psychologues ne sont pas les seuls à savoir que les premières expériences influencent la vie future.

Mais un tel lien n’est pas réservé aux enfants propres, il naît aussi en adoptant. Il a été prouvé que les femmes qui adoptent un nourrisson ont souvent les mêmes instincts maternels qui leur permettent de deviner automatiquement les besoins du petit bout de chou. Après tout, un enfant adopté est toujours un enfant désiré.

Questions fréquentes

Que pouvons-nous faire afin de créer les conditions optimales pour une grossesse?

Arrive-t-il souvent que les examens de fertilité révèlent qu’il n’y a juste aucun espoir de tomber enceinte?

 

Newsticker

Les parents vivent moins sainement: les parents ont globalement une vie plus saine que les gens sans enfants... du moins, c'est ce qu’on croirait. Mais le rapport 2014 de l’assurance maladie allemande DAK arrive à un autre résultat d’après des données de 3000 assurés actifs professionnellement. Les mères qui travaillent font beaucoup moins de sport (17% contre 30% des femmes sans enfants qui travaillent). Elles veillent moins à dormir suffisamment et s’alimentent moins bien. Les pères actifs, eux, s’en sortent mieux au niveau alimentation saine, mais ceux qui n’ont pas d’enfants disent plus souvent boire peu ou pas d’alcool (58 contre 54 pour cent), ne pas fumer (68 contre 58 pour cent) et faire beaucoup de sport (34 contre 23 pour cent). (swissmom Newsticker, 14/03/2014)

Enfants et bonheur: Le premier et le deuxième enfant augmentent à court terme le niveau de bonheur des parents, mais pas un troisième. C’est ce que démontre une étude de la London School of Economics. Selon celle-ci, le bonheur ressenti des parents augmente avant et après la naissance du premier enfant. Ensuite, il décline rapidement pour retrouver son niveau d’avant l’enfant. Pour le deuxième enfant, le sentiment de bonheur avant et après la naissance n’a plus que la moitié de l’intensité. Et la troisième fois, selon l’étude, l’augmentation du bonheur des parents est négligeable. Attention, ça ne signifie pas que le troisième enfant reçoit moins d’amour. Il faut plutôt comprendre que les parents, forts de leurs expériences, savent à quoi s'attendre. En outre, un nouvel enfant réduit les ressources disponibles (temps, argent etc). (swissmom Newsticker, 22.12.14)

Une grossesse sur trois n’est pas planifiée: La centrale allemande pour la sensibilisation en matière de santé (BZgA) a présenté un rapport sur le planning familial. Selon celui-ci, 63 pour cent des femmes interrogées affirment qu’il n’y a jamais un bon moment pour avoir enfant. Chez les participantes, une grossesse sur trois était involontaire. Malgré une bonne contraception, les grossesses involontaires arrivent parfois. Plus les femmes sont jeunes et moins la relation est stable, plus la contraception utilise la pilule et/ou le préservatif. Presque la moitié des femmes qui ne souhaitent plus avoir d'enfants optent pour le stérilet ou la stérilisation. Plus de la moitié des deuxièmes grossesses involontaires ont été menées à terme. Les raisons les plus fréquentes pour un avortement sont les relations instables, ainsi que l’insécurité financière et professionnelle. (swissmom Newsticker, 08/12/2014)

Last update : 25-04-16, BH

loading