Frischprodukte Gemüse, Früchte & Körner

Véganisme et fertilité

Le véganisme est de plus en plus répandu. Ce n'est pas si facile, car cela implique d’éviter tous les produits d'origine animale: viande, poisson, volaille, œufs, produits laitiers. Les végans respectent les animaux et souhaitent réduire les effets nocifs de l’élevage sur l’environnement, en particulier ceux résultant de l’élevage de masse et aux hormones et antibiotiques dans la viande.

Une alimentation végane (végétalienne) influence notre santé en général, mais aussi notre fertilité. En effet, certains nutriments essentiels pour la phase reproductive de notre vie sont absents ou en quantité insuffisante et doivent être pris sous forme de compléments alimentaires.

L’alimentation est la base de la santé. C'est vrai aussi pour notre santé reproductive, même si les aliments ne sont pas l’unique facteur pour une fertilité optimale. Une première étape consiste à manger aussi sainement que possible, avec des produits régionaux bio, sans pesticides, hormones ou antibiotiques.

Vitamine B12

Cette vitamine B - avec l'acide folique (vitamine B9) et le fer - est responsable de la production des globules rouges qui assurent le transport de l’oxygène vers nos cellules. La vitamine B12 (aussi appelée cobalamine) ne se trouve que dans les aliments d'origine animale. Elle est produite dans le système digestif des animaux. La vitamine B12 se trouve surtout dans les abats tels que le foie, les reins et le cœur, mais aussi dans les œufs, la volaille, la viande de veau, d’agneau, etc.

Les plantes, n’ayant nul besoin de vitamine B12, n’en contiennent pas. Prétendre que des aliments végétaux (algues, soja fermenté, spiruline et levure) peuvent apporter la vitamine B12 est faux. Ces produits ne contiennent que des substances similaires (les cobamides) qui, en fait, empêchent l’absorption de la véritable cobalamine et aggravent la carence. Il est donc pratiquement impossible d’avoir un taux de vitamine B12 suffisant en tant que végan sans absorber la vitamine sous forme de complément.

Une carence en vitamine B12 s'exprime sous forme d’anémie, de fatigue, de faiblesse musculaire, de baisse d’intelligence, de problèmes de concentration et de performance cérébrale réduite. 80% des végans et 60% des végétariens auraient un taux de vitamine B12 insuffisant.

Chez les femmes enceintes, les mères allaitantes et les nourrissons, une carence en vitamine B12 peut devenir très dangereuse. Pendant la grossesse, cela augmente le risque d’une anomalie du tube neural (par ex. dos ouvert). Chez le nourrisson, cette carence peut entraîner un mauvais développement du cerveau. Et chez les femmes souhaitant avoir des enfants et n’ayant pas assez de vitamine B12, le taux d’infertilité et de fausses couches à répétition était plus élevé.

Vitamine A (rétinol)

La vitamine A joue un rôle prépondérant pour notre système immunitaire, nos yeux, notre peau et la fertilité. Elle se trouve dans des sources végétales contenant du bêta-carotène, que notre corps transforme en vitamine A. La vitamine A de sources animales (huile de foie de morue, foie, poisson et fruits de mer, viande de veau, volaille, œufs et produits laitiers), elle, s’absorbe directement, sans transformation. Les végans prennent souvent des compléments de vitamine A, ce qui n’est pas sans poser des problèmes: les préparations synthétiques représentent un risque non négligeable de surdoses dangereuses.

Les femmes comme les hommes ont besoin de vitamine A pour être fertiles. Chez les hommes, elle favorise la production de spermatozoïdes sains et chez la femme la génération d’un ovule sain. Le mucus vaginal est influencé par la vitamine A, afin de maintenir la fertilité des spermatozoïdes suffisamment longtemps. Elle facilite la nidation et la préservation de la grossesse. Enfin, elle joue un rôle important dans le développement des organes de l’enfant (surtout du cœur, du système nerveux et circulatoire, des os). Une carence en vitamine A peut entraîner une malformation de ces systèmes, voire une fausse couche.

Huiles et graisses végétales

Beaucoup de vegans et de végétariens se facilitent la vie en recourant à des produits tout prêts. Ceux-ci contiennent des quantités importantes d’huile végétale très raffinée. Le corps a besoin de graisse pour constituer les cellules et produire des hormones; il utilise les graisses qu’il a à disposition. S’il reçoit trop de graisses poly-insaturées, il les utilisera pour sa tâche et les intègrera dans les cellules. Malheureusement, elles sont très instables et s’oxydent facilement, ce qui peut entraîner des réactions inflammatoires et des mutations cellulaires, ainsi qu'un déséquilibre hormonal causant des règles abondantes et douloureuses, un SOPK, un excès d’œstrogène et une endométriose.

Graisses saturées

On insiste toujours sur le fait qu’il faut éviter les graisses saturées. Pourtant, le corps a besoin de cholestérol pour produire des hormones. C'est particulièrement important pour la fertilité, car le cholestérol est la base de toutes les hormones stéroïdiennes, y compris l’œstrogène et la progestérone. Le cholestérol est indispensable aussi pendant la grossesse et l’allaitement.

Les principales sources végétaliennes de graisses saturées sont l’huile de coco, l’huile de palme et les avocats. Les sources animales sont le beurre et les produits laitiers gras, le ghee, la viande musculaire et la graisse animale (d’oie, de canard).

En outre, les graisses saturées animales contiennent des vitamines liposolubles importantes (A, D et K), ce qui n’est pas le cas des graisses végétales. Comme nous l’avons mentionné, le rétinol (vitamine A) ne se trouve que dans les produits animaux. La vitamine D provient de l’huile de foie de morue, du foie et d'autres abats, des œufs et des produits laitiers (à quoi il faut ajouter la lumière du soleil). Les aliments contenant beaucoup de vitamine K sont le fromage, le jaune d’œuf, le foie, la volaille, le beurre, les œufs de poisson et les abats.

Soja

En tant que végétalien, il n’est pas facile de renoncer aux produits à base de soja, car celui-ci est utilisé non seulement pour le tofu, mais quasiment pour tous les substituts de viande et de produits laitiers. Cependant, le soja est problématique comme unique source de protéines:

  • Phyto-œstrogènes: les œstrogènes végétaux ont été mis en relation avec l’infertilité, des tumeurs et des troubles thyroïdiens dans des études scientifiques. Les isoflavones peuvent agir comme une contraception hormonale.
  • Acide phytique: les fèves de soja contiennent de grandes quantités d’acide phytique, qui réduit l’absorption des minéraux (zinc, fer, cuivre, calcium et magnésium) et d'autres nutriments.
  • Transformation du soja: Les produits de soja traditionnels subissent un long processus de préparation et de fermentation, ce qui réduit la teneur en acide phytique. Ce n'est pas le cas des produits de soja modernes.
  • Quantité de soja: Jusqu’ici, dans les pays asiatiques, on consommait les produits du soja en petites quantités, pas comme seule source de protéines.
  • Soja OGM: La grande majorité de la récolte mondiale de soja provient de plantes génétiquement modifiées qui sont également traitées avec des pesticides.

Acides gras oméga 3 (DHA)

Les acides gras oméga 3 des plantes sont différents de ceux d’origine animale. L'acide alpha-linolénique (AAL) se trouve dans l’huile végétale, l’acide eicosapentaénoïque (EPA) et l’acide docosahexaénoïque (DHA) se trouvent dans l’huile de poisson. Ils sont qualifiés d’acides gras essentiels car le corps ne sait pas les produire et il faut les apporter via l’alimentation. L’AAL à chaîne courte doit toutefois encore être transformé en EPA et DHA à chaîne longue, ce que le corps n'est en mesure de faire que de manière limitée. Des apports exclusifs d’AAL peuvent donc entraîner une carence en acides gras essentiels.

Les acides gras oméga 3 jouent un rôle important dans la prévention des infarctus, des AVC, des maladies autoimmunes et d’autres processus inflammatoires dans le corps, en compensant l’effet des acides gras oméga 6 (huile végétale, noix, graines, avocats). Le DGA est nécessaire au bon développement neurologique et cérébral du bébé.


Newsticker

Les végétariens ont un sperme de moindre qualité: les végétariens ont une vie plus saine à certains égards. Manger beaucoup de légumes et de fruits protège de nombreuses maladies et augmente l’espérance de vie. Cependant, la capacité de conception pourrait en être affectée. Les scientifiques ont trouvé dans l’éjaculat de personnes végétariennes ou véganes un nombre significativement plus bas de spermatozoïdes. De surcroît leur mobilité était moins bonne. Une des raisons pourrait en être la consommation de soja, que de nombreux végétariens et végans utilisent en remplacement des protéines et qui contient des phyto-œstrogènes, dont les effets sont les mêmes que des hormones sexuelles féminines. Conseil d’expert en cas de désir d’enfant: Renoncer à consommer du soja durant 74 jours - c’est le laps de temps durant lequel de nouveaux spermatozoïdes sont produits chez l’homme. (swissmom Newsticker, 13/11/2014)

Last update : 13-04-19, BH

loading