6 Argumente gegen Impfbedenken

6 arguments contre les inquiétudes par rapport à la vaccination

Le taux de vaccination des nourrissons est très élevé pour les vaccinations de routine selon les plans de vaccination. Cependant, les parents ont souvent un doute quand il s'agit de la vaccination de leur petit. Voici les six principaux arguments en faveur de la vaccination:

« Est-ce que les vaccinations sont vraiment efficaces? »
L’efficacité des vaccins est très bien démontrée à l'exemple de la paralysie infantile: en 1961, près de 4700 enfants soufraient de polio. 1965, après l’introduction du vaccin de la polio au début des années 1960, il n'y avait plus que 50 enfants malades. Depuis 2002, la polio est considérée éradiquée en Europe. Les autorités réglementaires n’autorisent les vaccins que si leur efficacité est prouvée pour l'application sur l’humain, et le vaccin est toléré. Ils sont soumis à des processus d'essai exhaustifs.

« Pourquoi vacciner, si le bébé obtient toutes les immunoglobines de sa maman »?
Il est vrai qu’un nouveau-né obtient des anticorps et immunoglobines de sa mère, avant la naissance par le placenta, et après en quantités minimes du lait maternel. L’immunité passive est une protection naturelle limitée d’un nouveau-né et d’un nourrisson allaité contre les maladies infectieuses lorsque la maman a transmis les anticorps aux enfants. Ces anticorps de la maman ne protègent l’enfant que pendant les premières semaines de vie et seulement contre une partie des maladies infectieuses, pas contre toutes. La maman peut seulement transmettre les anticorps contre les maladies qu'elle a eues elle-même ou pour lesquelles elle a été vaccinées. Elle doit, de plus, avoir ces anticorps en une concentration suffisante.

« Pourquoi vacciner contre ces maladies infantiles inoffensives et normales pour le développement? »
Le terme maladie infantile décrit la période la plus fréquente de son apparition, ce n'est pas une indication de sa gravité ou de son inoffensivité. Dans un cas de rougeole sur 1000, le malade développe une encéphalite post-morbilleuse, le plus souvent avec une lésion cérébrale durable ou une issue mortelle. Jusqu’à présent, aucune étude scientifique n'a pu démontrer que les enfants se développent mieux après une maladie infectieuse. Au contraire: Les maladies ralentissent typiquement le développement de l’enfant.

« Pourquoi vacciner l’enfant encore si petit? »
Les nourrissons sont vaccinés dès la sixième semaine de vie contre le rotavirus, et après le deuxième mois de vie contre six autres maladies afin de procurer une immunisation le plus vite possible. Si les enfants attrapent la coqueluche durant les six premiers, des complications comme une pneumonie se développent en 25 pour cent des cas. Chez les enfants plus âgés, le taux de complications se limite à cinq pour cent seulement. Une vaccination contre la coqueluche durant les deux premiers mois réduit de deux tiers environ les séjours à l’hôpital pour traiter la coqueluche. Les nourrissons peuvent s’infecter auprès des personnes de contact nos vaccinées. La maman est la source la plus fréquente à 39 pour cent des infections par la coqueluche des nourrissons jusqu’à six mois.

« Pourquoi vacciner contre des maladies éradiquées chez nous? »
C'est justement le résultat des programmes de vaccination sur de nombreuses années si des maladies infectieuses comme la polio et la diphtérie. Les taux de vaccination en baisse peuvent à nouveau engendrer une hausse des cas des maladies. Des exemples d’une telle situation sont les épidémies récurrentes de polio de 1978 et 1992 dans la population non vaccinée au Pays-Bas ou une vague de diphtérie des années 1990 en raison d’une baisse des taux de vaccination dans les États successeurs de l'ancienne Union soviétique. Les pathogène peuvent arriver en Europe, par les voyages internationaux par exemple.

« Pourquoi autant de vaccinations à la fois? N'est-ce pas trop pour mon enfant? »
Il n'y a rien qui fait penser que les vaccins multiples modernes, hautement purifiés sollicitent trop le système immunitaire de l'enfant. Ils contiennent moins d'antigènes que les vaccins simples antérieurs. En comparaison: Les vaccins actuels pour toutes les vaccinations recommandées contiennent au total 150 antigènes. Le vaccin simple contre la coqueluche antérieur (recommandé encore jusqu’en 1994) contenait encore 3000 antigènes. Au fait, Les enfants sont tous les jours en contact avec une multitude d'antigènes - sans aucun problème.

Source: www.coliquio.de

 


Question fréquente à ce sujet: 

Combien de temps dura la "protection des nids" contre les pathogènes?


Last update : 05-06-18, BH

loading