Frühchen geborgen beim Bonding

Prématurés

Les bébés venus au monde avant la fin de la 37e semaine de grossesse (à partir du premier jour des dernières règles) sont des prématurés. 5-10% des enfants naissent trop tôt.

Les progrès encourageants dans le domaine des soins intensifs pour prématurés ne doivent pas cacher que les prématurés très immatures restent un défi pour la néonatologie. Plus un bébé naît tôt et plus il est léger, moins ses chances de survivre sans assistance médicales sont bonnes. Chaque journée de plus dans l’utérus compte! Le fait qu’un bébé naisse à la 25e ou à la 28e semaine de grossesse fait une différence énorme.

La plupart des organes des prématurés ne sont pas encore entièrement formés et ne sont donc pas complètement fonctionnels. Par exemple, les prématurés n’arrivent pas à réguler eux-mêmes leur température corporelle. La jaunisse du nouveau-né est plus fréquente chez les prématurés car leur foie n'est pas encore assez mûr pour gérer les taux normaux de bilirubine. Et leur système immunitaire est encore trop faible pour combattre efficacement les infections. Les précieux anticorps que la mère transmet au fœtus via le placenta ne sont pas encore assez nombreux. Des mesures d’hygiène et, si possible, l’alimentation au lait maternel permettent de réduire le risque d’infections. De toute manière, c’est cette forme d’alimentation (évt. avec des compléments) que le système digestif encore immature du prématuré arrive le mieux à assimiler.

Le cerveau est encore très immature et ses vaisseaux sanguins sont tellement délicats que certaines régions cérébrales peuvent facilement être endommagées par des hémorragies ou un manque d’irrigation. En conséquence, ces enfants ont plus souvent une infirmité motrice cérébrale, aussi appelée paralysie cérébrale. Ce handicap physique grave n’est souvent diagnosticable de manière fiable qu’au bout de trois mois. La paralysie cérébrale n’apparaît que chez un enfant sur 1000 chez les nouveau-nés à terme; chez les prématurés de 1500 g, elle est 50 fois plus fréquente, 100 fois plus chez les prématurés de 1000 g. Chez les enfants qui naissent à environ 500 g après 25 de grossesse, il faut s'attendre à une paralysie cérébrale chez un quart des survivants.

Les prématurés très immatures sont particulièrement exposés à des lésions de la rétine, car cet organe n'est pas encore complètement développé à ce stade précoce. Une modification de la concentration d’oxygène dans l'air peut stimuler la croissance des vaisseaux sanguins de l’œil à cette phase. Les artères se mettent alors à proliférer de manière incontrôlée. Si du liquide s’échappe des vaisseaux, les nouveau-nés risquent un décollement de la rétine (rétinopathie du prématuré).

Il faut bien surveiller la respiration et la fonction cardiovasculaire des prématurés pour prévenir les arrêts dangereux. En outre, les prématurés ont souvent un syndrome de détresse respiratoire car leurs poumons immatures manquent de surfactant.

Une prise en charge intensive dans une couveuse, ou incubateur, protège le prématuré et lui donne du temps. Il peut ainsi rattraper tranquillement le développement qu’il aurait dû avoir dans l'utérus. Les parents sont impliqués autant que possible dans les soins de l’enfant. La «méthode kangourou» est un moyen très important.

De nos jours, les bébés nés entre 34 et 37 semaines de grossesse n’ont quasiment plus de problèmes dans les centres spécialisés (centres périnataux). Dans cette mesure, la prématurité n’est désormais plus automatiquement synonyme de troubles du développement. Mais les parents font souvent face à de premières années difficiles, où l’enfant a souvent besoin d'une prise en charge spéciale.

La plupart des prématurés peuvent quitter l’hôpital une fois qu’ils ont atteint un poids d’au moins 2000 g. C'est rarement le cas avant le terme calculé.

Prématurés, le développement à long terme


Vidéo

«Nos prématurés sont nés à la 26e SG avec un poids de 380 et 880 g et une taille de 26 et 32 cm»

Newsticker

Les garçons sont plus souvent prématurés: par rapport aux filles, les garçons ont 14 pour cent plus de risque de venir au monde trop tôt. Ils ont aussi plus tendance à souffrir de handicaps tels que des troubles d’apprentissage et des paralysies cérébrales. Les scientifiques expliquent ce phénomène par le fait que les femmes qui attendent un garçon ont plus souvent des problèmes de placenta et souffrent plus souvent de prééclampsie et d’hypertension. Les garçons seraient en outre plus sensibles aux infections, à la jaunisse, aux complications à la naissance et aux maladies congénitales. Dans l’utérus, les filles se développent plus vite, et leurs poumons et autres organes sont plus développés lors de l’accouchement. (swissmom Newsticker, 16/12/2013)

Prématurés et excès d’insuline: dans une étude menée auprès de 1385 enfant, des chercheurs étasuniens ont découvert des indices d’une relation entre naissance prématurée et un taux d’insuline accru.  La probabilité d’avoir un taux d’insuline accru augmentait proportionnellement à la prématurité des enfants. Les prématurés nés avant la 34e SG, le risque augmentait de 2,05 fois, chez ceux nés à la 34e à la 35e SG, il restait 1,45 fois plus élevé. Il est possible que les bases du diabète du type 2 (la forme adulte du diabète) soient déjà posées dans l'utérus. (swissmom Newsticker, 08/03/2014)

Ventilation rapide: une ventilation très rapide, mais très superficielle, avec environ 600 respirations par minute, la ventilation oscillatoire à haute fréquence (VOHF), est la meilleure possibilité pour protéger à long terme les poumons des grands prématurés, comme on l'a découvert au King's College de Londres. Actuellement, la plupart des enfants avec des poumons immatures reçoivent environ 30 respirations par minute. Les données de 319 prématurés ont été analysées jusqu’à la puberté. Les experts supposent que le volume d’air plus faible insufflé dans les poumons provoque moins de dégâts qu’un traitement conventionnel. (swissmom-Newsticker, 26.4.14)

Les prématurés louchent plus: 2–4% des enfants louchent pendant leurs cinq premières années, mais c'est beaucoup plus fréquent chez les prématurés de moins de 2000 g. Si ce «strabisme» n’est pas détecté et traité à temps, il peut entraîner des problèmes visuels irréversibles. Pour éviter de voir double, le cerveau de l’enfant refoule l’image de l’œil qui louche, qu’il n’arrive pas à mettre dans la bonne position. Au fil du temps, l’œil non utilisé finit par s’affaiblir. Chez les prématurés légers surtout, il faut régulièrement examiner s’il n’y a pas un problème d'yeux et le traiter à temps le cas échéant. (swissmom Newsticker, 01/09/2014).

Last update : 08-11-19, BH

loading