Vitamin K

Vitamine K

La vitamine K est très importante, car elle favorise la coagulation du sang. Les nouveau-nés ont souvent un déficit en vitamine K, car les quantités qu’ils reçoivent de leur mère via le placenta sont très faibles, surtout si celle-ci a pris certains médicaments (contre l’épilepsie, pour fluidifier le sang, antibiotiques).

Le lait maternel aussi contient très peu de vitamine K, le lait maternisé en a environ vingt fois plus. Les bébés allaités peuvent donc avoir une forte tendance aux saignements. Mais après quelques jours, les nourrissons allaités aussi atteignent un taux sanguin suffisant pour assurer une coagulation normale.

Normalement, il s'agit de saignements faibles et inoffensifs, mais dans certains cas, ils peuvent devenir menaçants, surtout s’ils ont lieu dans le cerveau. Pour pallier ce risque, on conseille l’administration orale (sous forme de gouttes) de vitamine K après l'accouchement, avec l’accord des parents; dans certaines cliniques, on administre à nouveau de la vitamine K au bout de 2 jours à une semaine. Les bébés allaités reçoivent parfois encore une troisième dose de vitamine K après quelques semaines. Comme l'administration orale sous forme de gouttes semble moins efficace que l'injection, dans des circonstances spéciales, on injecte la vitamine K dans le muscle fessier. Ces circonstances comprennent une césarienne, un accouchement vaginal instrumental à la ventouse ou au forceps ou encore une naissance prématurée.

Si la mère a dû prendre certains médicaments (cf. ci-dessus) pendant la grossesse, on lui conseillera un traitement par vitamine K les 2 à 4 dernières semaines. 

Il y a environ 10 ans, certaines sources craignaient que la vitamine K pourrait augmenter légèrement le risque de cancer chez l'enfant. Mais de nombreuses études ont pu montrer clairement que ce n’est pas le cas. Par contre l’importance de la vitamine K dans la prévention des saignements sévères pendant les premières semaines de vie est incontestée.

Last update : 04-11-19, BH

loading