Allergie-Irrtümer

10 idées reçues sur les allergies

Il y a quelques années en arrière qu’on essayait encore de protéger les bébés le plus longtemps possible contre les allergènes, comme les cacahuètes, les œufs, le lait de vache ou le poisson. Aujourd’hui, on part de l’idée qu’une familiarisation avec l'environnement est important dès la première année de vie. On a changé d'attitude également en ce qui concerne les recommandations habituelles et les conseils plausibles. Les erreurs se produisent quand une chose semble logique. Mais cette impression n'est pas toujours correcte. Voici dix affirmations typiques mais erronées au sujet des allergies:

1. Les mères doivent renoncer à certains aliments pour prévenir des allergies.

Les femmes enceintes et mères allaitantes n’ont pas besoin de renoncer à des aliments pour prévenir des allergies de leur enfant. C'est la conviction de tous les spécialistes qui ont recherché les origines des allergies et les facteurs agissant sur les allergies. Auparavant, on conseillait de renoncer à des déclencheurs fréquents comme le lait, les œufs, le poisson ou le soja. Ce n'est pas nécessaire, comme on sait aujourd’hui.

La maman se fait du bien et fait du bien à son enfant en consommant une alimentation variée et équilibrée, pour trois raisons importantes: la maman n'a pas besoin de se priver, mère et enfants consomment tous les nutriments importants, et le système immunitaire enfantin entre en contact avec des allergènes en petites quantités par le cordon ombilical ou le lait maternel. Il pourra s’habituer petit à petit sans développer une réaction allergique.

2. Le lait de chèvre ou de jument protège les bébés contre les allergies.

Cela n'a aucun sens de nourrir les bébés avec du lait de chèvre ou de jument. La protéine du lait de vache est normalement la première protéine étrangère que les bébés connaîtront. Parfois, les nourrissons ont une réaction allergique à ce lait. On peut alors imaginer que le lait de chèvre ou de jument serait plus adapté à l'alimentation du bébé que le lait de vache. Cependant, le lait de chèvre ou de jument peut déclencher autant d’allergies, car leur protéine ressemble au lait de vache. Ce lait ne convient globalement pas pour l’alimentation des bébés. Les nutriments ne suffisent pas pour l'alimentation correcte des nouveau-nés qui peuvent souffrir de carences.

Quand on sait déjà que des allergies existent dans la famille, l’alimentation HA sera le meilleur substitut du lait maternel pour le bébé. Le mieux sera une alimentation spéciale fortement hydrolysée si un bébé montre déjà une réaction allergique aux protéines du lait de vache.

3. Les bébés à risque d'allergie devraient être allaités le plus longtemps possible.

Pendant un premier temps, le lait maternel reste la meilleure alimentation pour les bébés. Ils n’ont pas besoin de plus, s’ils risquent de développer une allergie ou non.

Selon les envies du bébé, on pourra lui donner d'autres aliments à partir du 5e mois. Ainsi, le système immunitaire de l'enfant pourra se familiariser aux nouveaux aliments. Le changement peut se faire progressivement, en fonction des besoins de la mère et de l'enfant. Il est conseillé de donner du lait maternel au bébé, en complément à la bouillie. Les nouveaux aliments sont ainsi mieux tolérés.

La première bouillie devra faire partie du menu au plus tard au début du 7e mois, pour éviter des carences du bébé.

Liens recommandés

Autres informations:

www.aha.ch


4. Le lait de vache, les céréales et le poisson sont tabous pour les bébés à risque d'allergies durant la première année de leur vie.

Il est mieux si les bébés se familiarisent avec toutes sortes d'aliments allergènes durant la première année de leur vie. C'est vrai aussi pour les bébés à risque d'allergies. En conséquence, des aliments comme le lait de vache, les céréales ou le poissons peuvent être introduits à partir du 5e mois de vie (et selon les besoins du bébé).

En ce qui concerne les céréales, ce sera même très utile de commencer par de petites quantités entre le 5e et le 7e mois. Vous pouvez ainsi réduire le risque d’une intolérance à la protéine de céréales gluten du bébé (= maladie cœliaque). Cela est particulièrement important quand le bébé est encore nourri au lait maternel et les membres de la famille ont une maladie cœliaque.

5. Les carottes ne conviennent pas pour les bébés à risque d'allergies.

Au contraire: les carottes apportent beaucoup de nutriments importants et conviennent très bien comme première alimentation solide du bébé. Normalement, les bébés apprécient le goût sucré. Les carottes ne déclenchent que très rarement des allergies.

D’où vient alors cette idée reçue qu'elles ne conviennent pas? Le système digestif de l’enfant doit travailler dur lorsque le lait est remplacé par la bouillie. Au début, ce changement peut être accompagné de difficultés. Souvent, les carottes sont le premier aliment que l’on propose au bébé après le lait maternel ou spécial. C'est pour cela que les parents soupçonnent souvent que les carottes sont responsables de toutes les réactions dans cette phase de transformation. Les chez nourrissons, les carottes ont par exemple un effet solidifiant les selles. Cependant, une constipation occasionnelle n'a rien à voir avec une allergie.

Parfois, les parents se font des soucis parce que beaucoup d'allergiques au pollen ne supportent pas les carottes. Ce qu’ils ne savent pas nécessairement: les carottes cuites (dans une bouillie par exemple) ne sont pas un problème pour les allergique, car par la cuisson, l'effet allergène se perd.

6. Il faut éloigner les animaux à poils de la maison, par prévention.

Par principe, les animaux domestiques ne doivent pas être éloignés quand un bébé est en route. Il est vrai, toutefois, que les nourrissons à risque d'allergie se portent mieux dans un environnement sans chats. Les chiens ne sont pas considérés problématiques.

7. La fumée passive de la mère ne pose pas de problème.

La fumée du tabac doit être évitée, c'est une mesure importante de prévention d'allergies. C'est vrai aussi pour la fumée passive de la maman. Un environnement sans fumée dans la grossesse et durant l’allaitement améliore globalement les conditions de départ d’un enfant.

8. Les vaccinations déclenchent des allergies chez le nourrisson.

Il y a des parents qui craignent que les vaccinations sollicitent trop le système immunitaire des nourrissons et provoquent en conséquence des allergies. Cela est faux, comme l’ont démontré de nombreuses études. Il est donc très important de vacciner aussi les nourrissons à risque d'allergies.

9. Si je fais tout ce qu’il faut pour prévenir une allergie, j’aurai la certitude que mon enfant ne sera pas allergique.

Il n'y a pas de protection à cent pour cent. Notamment à la genèse des allergies, la disposition héréditaire joue le rôle le plus important. Quelques mesures utiles peuvent cependant aider à prévenir la fréquence d’allergies chez les bébés. S’il est impossible d’éviter une allergie, il existe tout de même des mesures pour atténuer: Vous pouvez contribuer à ralentir l’éruption de l'allergie et soulager les symptômes.

Si l’on applique ces recommandations, on fait ce qu’il faut, même si l'allergie se déclare.

10. Une prévention d’allergie a un sens uniquement si votre bébé risque d'avoir une allergie.

Il est conseillé pour toutes les familles de prendre des mesures pour prévenir une allergie du bébé.

Chaque bébé peut en principe développer une allergie. Cela concerne aussi les bébés de familles sans histoire d'allergie. Même dans ces familles, un bébé sur six ou sept développera une allergie dans le courant de sa vie.
Si l’on prend au sérieux les recommandations de prévention en appliquant les quelques mesures simples fait plus que seulement réduire le risque d’une allergie. Le développement sain du bébé sera ainsi favorisé globalement.

Source: www.gesund-ins-leben.de


Newsticker

Il est en ordre de lécher la lolette: les parents qui lèchent la lolette pour la nettoyer ou sucent le pouce de leur bébé avant qu’il le mette dans sa bouche aident ainsi à prévenir des allergies. Le risque d’une éruption cutanée est réduit de 63%, le risque d’asthme de 88%. C'est le résultat d’une étude de scientifiques suédois qui ont examiné quelque 180 enfants avec une haute probabilité d’allergie familiale. Les parents laissent en ce faisant des bactéries qui renforcent le système immunitaire et digestif de l'enfant. Selon plusieurs études, il a été prouvé qu’une hygiène extrême peut provoquer plus d'allergies. (swissmom-Newsticker, 12/06/2013)

Moins d'allergies sans lave-vaisselle: les enfants de sept à huit ans souffrent moins souvent de maladies atopiques dans les ménages où la vaisselle est encore lavé à la main. C'est la conclusion d’une étude suédoise portant sur 1029 enfants et divers facteurs liés à la cuisine et l’alimentation. 23% des enfants de familles sans lave-vaisselle souffraient d’eczémas, contre 38% des enfants de familles utilisant un lave-vaisselle. Un résultat similaire a été trouvé pour l'asthme (1,7% vs. 7,3%) et en moindre mesure pour le rhume des foins (10,3% vs. 12,9%). Le risque baissait encore plus avec une alimentation fermentée et des produits directement de la ferme. Selon l’hypothèse de l’hygiène, ce sont les différents germes en grande quantité qui stimulent le système immunitaire de l'enfant. (swissmom Newsticker 16.4.15)

Les allergies déjà avant la naissance? Apparemment, les allergies ne naissent pas seulement pendant les premiers mois de vie. Une étude australienne publiée récemment dans Science Translational Medicine démontre que des facteurs prénataux jouent aussi un rôle. Plus de mille enfants ont été accompagnés déjà pendant la grossesse. Après la naissance, le sang du cordon ombilical est collecté et stocké. À l’âge d'un an, les enfants ont subi des tests cutanés pour les allergies alimentaires courantes. Il s’est avéré que les tout-petits avec des allergies alimentaires avaient des tests sanguins anormaux, surtout des cellules immunitaires hyperactives, déjà avant leur naissance. Les chercheurs supposent que, lorsque les mères sont exposées à certains facteurs pendant la grossesse, ça se répercute sur le système immunitaire des enfants. (swissmom Newsticker, 13/03/2016)

Last update : 07-11-19, BH

loading