Baby trinkt an Brust

Allaiter après des opérations du sein

En principe, on peut allaiter même en s’étant fait opérer les seins. Ce qui compte, c'est que les glandes mammaires soient encore reliées au mamelon, ce qui est en général le cas avec les techniques utilisées de nos jours. C’est important aussi que le mamelon soit encore sensible, car ceci provoque la libération d’hormones (l’ocytocine et la prolactine) responsables de la production et de l’écoulement du lait.

En tous les cas, demandez conseil à une conseillère en allaitement et informez votre médecin traitant, votre sage-femme et la consultation parents-enfants que vous avez subi une opération du sein. Ceci permet de garantir que votre enfant recevra assez de lait.

Réduction mammaire

Une réduction mammaire est souvent effectuée à cause de problèmes du cou, de la nuque et des épaules, dus à une trop grosse poitrine. Cette situation peut causer des maux de tête chroniques, une mauvaise posture, des irritations cutanées et creuser les épaules. Une réduction mammaire consiste à enlever le tissu excédentaire pour donner une nouvelle forme au sein, le relever et, en somme, l’adapter mieux au corps. La plupart des canaux lactifères, vaisseaux sanguins et nerfs sont préservés.

En général, on peut allaiter après une réduction mammaire. Mais c'est difficile de prédire quelle quantité de lait maternel vous pourrez produire. Cela dépend du volume de glandes qui a été retiré et de la fonctionnalité des tissus avant l’intervention. L’état des canaux lactifères et des voies nerveuses est aussi très important pour la production et le flux du lait, et donc pour l’allaitement. Plus l’intervalle entre réduction mammaire et grossesse est grand, mieux c'est pour la régénération des lésions qu’auraient pu subir les canaux lactifères et les nerfs.

Souvent, la montée de lait arrive plus tard et la quantité de lait augmente lentement au début. On a observé que la quantité de lait augmente à de la deuxième ou troisième grossesse après la réduction mammaire, ce qui montre bien que les canaux bloqués peuvent se rouvrir avec le temps. Il faut s’armer de patience, surtout au début. Des tisanes de lactation et un tire-lait peuvent aider à stimuler la production de lait.

Augmentation mammaire

Une augmentation mammaire consiste à insérer un implant à travers une incision, pratiquée soit dans le pli sous le sein, soit sous l’aréole. La première méthode ne blesse pas les glandes mammaires, les canaux lactifères, l’aréole et le mamelon. en général, on peut alors allaiter sans problèmes. Avec la deuxième méthode, l’incision se voit moins, mais elle peut blesser des nerfs importants et les canaux lactifères.

Avec toutes les augmentations mammaires, des substances des implants peuvent passer dans l’organisme de la mère. On peut détecter celles-ci via un test d’urine. Le cas échéant, il faudra aussi vérifier les quantités qui passent dans le lait maternel pour voir s’il existe un danger pour bébé.

Parfois, on constate après le sevrage que les implants ne tiennent plus aussi bien qu’avant la grossesse et il faut alors changer d’implant, effectuer une nouvelle opération. Il arrive aussi qu’après une grossesse, il faille des implants d’une forme différente, plus petits ou plus grands. Les experts recommandent donc de faire d’abord un planning familial avant de procéder à une augmentation mammaire.

Last update : 26-11-19, BH

loading