Wenn Stillen weh tut...

Douleur de début de tétée et mamelons douloureux

Allaiter ne doit pas faire mal. Pourtant, beaucoup de mamans se plaignent d'avoir mal aux mamelons, surtout en début de tétée, les premiers jours après l’accouchement. La douleur de début de tétée arrive lorsque le bébé commence à téter, quand les canaux lactifères s’élargissent (crampes des canaux lactifères). Cette douleur ne devrait pas durer plus de quelques semaines.

Normalement, quand la quantité de lait augmente au cours des semaines suivantes, les douleurs en début de tétée diminuent. Mais si vous avez mal pendant toute la tétée, c’est signe que bébé n’est pas mis au sein comme il faut et qu’il faut vérifier la position d’allaitement. Vos mamelons sont déjà irrités? Observez nos conseils et demandez de l’aide à une conseillère en allaitement! Sinon, vous risquez fort d’attraper une inflammation du sein.

En effet, la douleur est toujours un signal d’alarme qui dit qu’il faut protéger notre corps contre d’autres dangers. De peur d'avoir mal, les mères qui ont ce genre d’expérience en allaitant essaient de repousser à plus tard les tétées, donnent le sein moins souvent et moins longtemps; leurs seins ne se vident donc pas comme il faut, la production de lait ralentit et leur bébé perd du poids ou n'en gagne pas assez vite. En outre, le stress et la peur en donnant le sein entraînent la libération d'hormones de stress qui retardent et diminuent la sécrétion des hormones d’allaitement. Cela ralentit encore le déclenchement du réflexe d’éjection du lait, qui soulage un peu la douleur des mamelons en faisant s’écouler le lait.

L’ocytocine, la prolactine et les endorphines jouent en outre un rôle important dans le comportement maternel et la construction du lien mère-enfant. Une baisse de la sécrétion de ces «hormones de maternité» a pour effet que la mère ressent effectivement moins de sentiments d’amour et de bonheur au contact avec son enfant. En outre, le nouveau-né est assez sensible pour ressentir à un certain niveau l'anxiété et la tension de sa mère lors de l’allaitement, ce qui peut provoquer chez lui un subtil sentiment d’insécurité qui se manifestera éventuellement par une grande agitation lors de l’allaitement ou des pleurs incessants après celui-ci. Les douleurs lors de l’allaitement ont donc une influence négative sur la relation mère-enfant.

Last update : 26-11-19, BH

loading