Stillen als Empfängnisschutz?

L’allaitement comme contraception?

Nos grand-mères encore considéraient l’allaitement comme une méthode de contraception établie; plus tard, ceci a été relégué au rang de mythe. La vérité se situe probablement quelque part entre ces extrêmes. En effet, l’allaitement confère une certaine protection contre le fait de trop rapidement retomber enceinte, même si ce n’est de loin pas aussi fiable que les méthodes de contraception modernes.

Pendant l'allaitement, les règles se font en général attendre jusqu’au sevrage, car la prolactine, une hormone impliquée dans la production du lait et libérée pendant l’allaitement, inhibe l’ovulation. Selon des études récentes, 5% des femmes qui allaitent ont une ovulation au bout de six semaines, 25% au bout de douze semaines et 65% au bout de 24 semaines.

Une nouvelle grossesse peu après l’accouchement est donc très rare chez les femmes qui allaitent, même si elle n’est pas entièrement exclue. Selon une étude de l’Organisation mondiale de la santé (OMS): en allaitant en conditions optimales, il y a une grossesse pour 200 mères allaitantes. Dans ces cas, pendant les toutes premières semaines après l’accouchement, allaiter est une méthode de contraception presque aussi efficace que les méthodes conventionnelles (préservatif, diaphragme ou stérilet). Les conditions idéales sont:

  • L’allaitement est exclusif, l’enfant ne reçoit ni lait de substitution, ni eau ni tisane
  • Les intervalles entre les tétées ne dépassent pas quatre heures, six heures la nuit
  • Le bébé assouvit son besoin de téter uniquement au sein, il n'a pas de tétine pour se calmer (lolette).
  • Il n’y a pas encore eu de règles
  • L’enfant n’a pas plus de 6 mois 

En conditions moins idéales (aliment de complément, enfant de plus de 6 mois), il faut s’attendre à deux grossesses pour 100 mères allaitantes.

Mais souvent, c'est difficile de savoir si le saignement est dû à des règles normales ou aux lochies. La protection dépend aussi de la fréquence et de la durée des tétées et si l’enfant reçoit déjà de l’aliment de complément. Prudence: si vous avez déjà eu vos règles, ça veut dire que votre cycle s’est remis en branle et que vous pouvez retomber enceinte, même si vous allaitez. Et si vous n’allaitez pas, vous pouvez aussi retomber enceinte à tout moment, même si vous n’avez pas encore eu vos règles. En effet, les premières semaines et mois après l’accouchement, le cycle menstruel commence souvent par une ovulation plutôt que par les règles. La fécondation n’est donc pas exclue.

Pour la contraception pendant l’allaitement, les méthodes barrière non hormonales comme le diaphragme (pessaire) ou le préservatif, ou des moyens chimiques (pommade, gel, mousse ou ovules spermicides) sont les solutions de premier choix. Si vous utilisiez un diaphragme avant votre grossesse, vous devrez probablement en faire adapter un nouveau, car votre vagin a changé après la grossesse et l’accouchement, même si vous avez eu une césarienne.

Les contraceptifs hormonaux appropriés sont la minipilule ou des préparations de progestatifs purs comme l’injection trimestrielle et le stérilet hormonal. Toutefois, il faut attendre 6 semaines avant de les utiliser. Les stérilets normaux, contenant généralement du cuivre, ne sont eux aussi implantés que vers 6-8 semaines après l’accouchement.


Questions fréquentes

Combien de temps met-on pour retrouver un cycle normal après l’accouchement?

Quand peut-on retomber enceinte au plus tôt après un accouchement?

Peut-on prendre la pilule du lendemain quand on allaite?

Comment puis-je tomber enceinte alors que j’allaite?


Newsticker 

Allaiter, c'est tendance: les résultats de la dernière étude sur l’alimentation des nourrissons et la santé pendant la première année de vie (Swifs) montrent qu’en Suisse, les mères respectent largement les recommandations nationales pour l’allaitement et l’alimentation des nourrissons. 95% des mères allaitent après l’accouchement, 62% allaitent exclusivement les trois à quatre premiers mois. C'est une augmentation de 9% par rapport à l’étude précédente réalisée en 2003. La Swiss Infant Feeding Study est effectuée tous les 10 ans par l’Institut tropical et de santé publique suisse, pour le compte de l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires. (swissmom Newsticker, 20/04/2015)

Last update : 26-09-18, BH

loading